IZMIR – Après la reconnaissance du génocide contre les Arméniens par le président américain Joe Biden, la machine de propagande turque a commencé à fonctionner. Il y a quelques jours, en réponse à la déclaration du Président Biden, le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait de nombreuses déclarations fausses et manifestement déformantes, accusant les Arméniens au génocide de 1914-1923.

Suite aux fabrications historiques d’Erdogan, les médias pro-gouvernementaux et pro-Erdogan, en particulier Yeni Şafak, ont fait une démarche similaire en Turquie.

Ainsi, le journal susmentionné a récemment publié un article intitulé «Les documents d’incendie discutés depuis un siècle. Izmir incendié par des gangs arméniens» qui déclare que l’incendie sans précédent qui a eu lieu les 13 et 14 septembre 1922 dans la ville historique grecque de Smyrne (aujourd’hui Izmir) a été organisé par des Arméniens.

Le but principal de l’article est de rejeter toute la responsabilité de l’incendie sur les Arméniens, qui s’accompagne de fausses citations calomniant les Arméniens.

Il faut cependant noter que les Turcs, menés par Atatürk, avaient occupé Izmir quelques jours avant l’incendie, le 9 septembre 1922, et seulement après que l’incendie eut lieu.

Les Turcs basent leur propagande sur le rapport d’un fonctionnaire ordinaire, tandis que de nombreux témoins, diplomates américains et européens ont rapporté que Izmir avait été incendié par les Turcs.

L’écrivain américain Giles Milton dans son «Paradis perdu. Smyrne 1922», basé sur un certain nombre de mémoires, il écrit que pendant les massacres et les pillages perpétrés parallèlement à l’incendie, les Turcs ont violé les filles puis leur ont coupé les seins. Des milliers de personnes ont été assiégées et sont mortes de faim, et la fanfare militaire turque jouait constamment pour faire taire les cris du peuple.