Le défenseur des droits de l’homme de la République d’Arménie a répondu aux déclarations du ministre des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan.

Le 11 mai 2021, le Ministre des affaires étrangères de l’Azerbaïdjan a déclaré: «Les incidents liés à l’entrée illégale de militaires arméniens sur le territoire de l’Azerbaïdjan à la fin du mois de novembre de l’année dernière, la mort et les blessures de militaires azerbaïdjanais en décembre sont un crime de guerre commis contre l’Azerbaïdjan. À la suite des opérations menées par les services spéciaux azerbaïdjanais, certains des militaires arméniens qui ont mené des opérations provocatrices et subversives ont été tués, certains ont été arrêtés. Les enquêtes à leur sujet sont actuellement en cours.»

Tenant compte du fait que la question concerne les droits des captifs arméniens, le défenseur des droits de l’homme de la République d’Arménie déclare que les déclarations mentionnées du ministre des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan violent gravement le droit international humanitaire, y compris les droits de l’homme.

L’urgence absolue de la question de la libération des prisonniers doit être considérée dans le contexte de la politique de haine et d’hostilité des autorités azerbaïdjanaises.