L’écrivain turc basé à New York, Orhan Pamuk, lauréat du prix Nobel, qui vit à New York, a accordé une interview à l’agence de presse turque Kısa Dalga. Il a parlé de son nouveau livre, de la vie politique intérieure de la Turquie et de ses opinions politiques.

Selon Pamuk, la Turquie n’est pas démocrate, la démocratie dans ce pays ne fait que lancer des bulletins de vote dans les urnes, et les urnes avec des résultats indésirables sont volées. « Il n’y a pas de liberté de pensée en Turquie, les tribunaux et les institutions de contrôle n’ont aucune liberté. Même la banque centrale n’a pas d’autonomie », a-t-il déclaré.

Il s’est également déclaré préoccupé par le fait que la Turquie compte le plus grand nombre de journalistes et de prisonniers politiques emprisonnés au monde.

Pamuk considère le manque de liberté de pensée comme l’un des principaux problèmes de la Turquie. Selon lui, là où il n’y a pas de liberté de pensée, personne ne peut être vrai à la fin.