Chronologie du génocide commis contre les Arméniens 

  • by Western Armenia, avril 16, 2024 in Armenocide
38 vues

15 avril - 16 mai

Massacres de Van et combat héroïque

  L'autodéfense de Van est l'une des pages glorieuses de la lutte de libération nationale du peuple arménien. Cela a donné à des dizaines de milliers d’Arméniens la possibilité d’échapper à l’inévitable anéantissement, constituant ainsi un exemple exceptionnel pour les Arméniens d’autres régions. Au début de l'année 1915, la vague de massacres qui a éclaté dans les provinces d'Arménie Occidentale a atteint la province de Van. Battus sur le front du Caucase, les troupes turques (au nombre d'environ 12.000), les détachements irréguliers kurdes et la cavalerie circassienne sous le commandement du gouverneur de Van nouvellement nommé, Jevdet Bey, commencent les massacres, le pillage et la destruction de la population arménienne de la province. 

Dans plusieurs régions (Shatakh, Dzor, Archesh, Timar, Aljavaz, etc.), les Arméniens recourent à l'autodéfense et mènent des batailles persistantes contre l'ennemi. Une résistance de longue durée et persistante se déroule dans la ville de Van, le centre de la province, où les 23.000 Arméniens qui y vivent sont rejoints par des milliers d'Arméniens qui ont fui les villages environnants. 

Les principales batailles se déroulent dans les deux quartiers de la ville à population arménienne : Aygestan et Kytamez. La première attaque lancée par les Turcs le 7 avril a été repoussée avec succès. Les Arméniens ont incendié les fortifications et les centres importants de l'armée turque à Van. Compte tenu de la supériorité numérique des Turcs, le conseil militaire de l'Aygestan choisit une tactique défensive. Fin avril, les Turcs lancent une vaste attaque. Les positions militaires, les écoles et les églises de l'Aygestan sont bombardées. Les Turcs utilisent 400 bombes en une journée. Des combats acharnés ont lieu dans différentes parties de Van, avec plus ou moins de succès, auxquels participent activement de nombreux jeunes, femmes et filles arméniens.

Fin avril, il y a une grave pénurie de munitions et de nourriture. Les défenseurs de la ville envoient à plusieurs reprises des messagers à l'armée russe pour demander de l'aide. Les attaques turques continues se combinent avec des massacres massifs d'Arméniens dans les villages environnants de la ville, dont environ 24.000 personnes sont victimes, plus de 100 villages arméniens sont pillés et incendiés.