Chronologie du génocide contre les Arméniens 

  • by Western Armenia, mai 02, 2024 in Armenocide
46 vues

Mars 1918:

Le 3 mars, le nouveau gouvernement bolchevique russe a signé une alliance avec les États anti-Entente que sont l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie, la Bulgarie et la Turquie à Brest-Litovsk, se retirant ainsi de l'Entente et se rapprochant de ses anciens adversaires. En signant cet accord, les parties ont convenu que désormais les hostilités entre elles cesseraient et que la Russie assurerait le retrait de ses troupes de l'Arménie Occidentale, en particulier des régions de Kars, Ardahan et Batum. 

Ce traité était la suite logique du décret « Paix » adopté par les bolcheviks le 8 novembre 1917. Le traité de Brest-Litovsk dont les Arméniens d’Arménie Occidentale ne sont pas partie prenante, mettait dans une situation difficile la population arménienne vivant dans les régions du front caucasien. En fait, il voulait contourner la décision « Sur la protection du droit à la libre autodétermination des terres de l'Arménie Occidentale » adoptée par les bolcheviks le 29 décembre 1917 et a adopté à la place une décision de restituer les mêmes terres à la Turquie. 

Quelques mois plus tard, le 20 septembre, le gouvernement russe, avec une note signée par le ministre des Affaires étrangères Chicherin, annulait la cession des territoires du Caucase à la Turquie conformément au traité de Brest-Litovsk. Et pourtant, avec le traité de Brest-Litovsk, bien que temporaire, il est devenu impossible pour la République arménienne du Caucase nouvellement créée de restituer les territoires de l'Arménie Occidentale, où l'armée russe était stationnée quelques mois auparavant, et qui pourraient peser lourd sur elle, au moment de la création de la République d'Arménie Occidentale par le décret « Sur l'Arménie turque » signé par la Russie pour en devenir une partie constitutive. 

La paix de Brest-Litovsk a créé de bonnes opportunités pour la partie turque ayant des ambitions de conquête. Profitant de la situation créée et violant l'armistice d'Yerznka signé le 5 décembre 1917, l'armée turque passa à l'attaque et, grâce aux forces dominantes, occupa successivement Yerznka, Karin, Sarighamish, Kars et le 15 mai, Alexandropol également. 

La question d’être ou non pesait sur l’Arménie Orientale.