Chronologie du génocide contre les Arméniens

  • by Western Armenia, avril 17, 2024 in Armenocide
41 vues

 22-25 mai 1915

Une réunion mixte de « l'Organisation spéciale » des Jeunes Turcs a été ouverte au Centre Noor Osmaniye à Constantinople, au cours de laquelle Talaat a présenté un vaste programme sur la forme et le processus de la déportation des Arméniens, la gestion des biens abandonnés par les Arméniens et la réinstallation des villages et des maisons arméniennes. L'assemblée, après avoir terminé ses séances, a pris la décision de mettre pleinement en œuvre le plan Jeune-Turc de déportation et de massacre des Arméniens.

Note de protestation des États alliés 

Les États alliés ne pouvaient rester indifférents à ce qui se passait en Arménie Occidentale occupée et ont envoyé une note de protestation au gouvernement turc, l'accusant d'avoir perpétré des massacres massifs d'Arméniens. 

Le 24 mai 1915, à Londres, Paris et Petrograd, a été publiée simultanément une déclaration officielle commune des gouvernements d'Angleterre, de France et de Russie sur les massacres d'Arméniens en Arménie et la responsabilité personnelle des membres du gouvernement turc. Là, notamment, il a été dit : 

« Depuis un mois environ, la population kurde et turque de l’Arménie procède de connivence et souvent avec l’aide des autorités ottomanes, à des massacres des Arméniens. De tels massacres ont eu lieu vers la mi-avril (nouveau style) à Erzeroum, Dertchun, Eguine, Akn, Bitlis, Mouch, Sassoun, Zeitoun, et dans toute la Cilicie : les habitants d’une centaine de villages aux environs de Van ont été tous assassinés; dans la ville même, le quartier arménien est assiégé par les Kurdes, en même temps à Constantinople, le gouvernement ottoman sévit contre la population arménienne inoffensive.

En présence de ces nouveaux crimes contre l’Humanité et la Civilisation, les gouvernements alliés font savoir publiquement à la Sublime-Porte qu’ils tiendront personnellement responsable des dits crimes tous les membres du gouvernement ottoman ainsi que ceux de ses agents qui se trouveraient impliqués dans de pareils massacres. »

La Déclaration conjointe anglo-française-russe a été le premier document officiel du XXe siècle à tenir un autre gouvernement et ses membres collectivement et individuellement responsables des crimes et des atrocités qu'ils ont commis.