Chronologie du Génocide contre les Arméniens 

  • by Western Armenia, avril 05, 2024 in Armenocide
55 vues

Abdul Hamid II crée les Forces Spéciales Hamidieh.

En fait, à la Conférence de Berlin, les pouvoirs ont chargé le sultan Abdul Hamid II d'« assurer la sécurité des Arméniens contre les Circassiens et les Kurdes », alors que le sultan lui-même était le principal instigateur de toutes les actions anti-arméniennes des Kurdes et des Circassiens. 

La meilleure preuve en est que juste après la Conférence de Berlin, en 1891, fut créée par son ordre une force de cavalerie, composée exclusivement de Kurdes et entretenue aux frais du gouvernement ottoman, qui fut baptisée en son honneur « Hamidieh ». Elle se composait de 30 régiments et ne faisait pas partie du système militaire ottoman, mais était maintenue en tant qu'unité militaire indépendante située dans la ville arménienne de Yerznka. L’objectif principal de « Hamidieh » était en effet de perpétrer des pogroms arméniens dans tout l’empire.

C'est sous le règne d'Abdul Hamid que le gouvernement a commencé à pratiquer le génocide culturel. De plus, si la tactique d’extermination physique pouvait être retirée de l’arsenal de temps à autre, sur la base de conditions extérieures ou d’autres considérations, le génocide culturel mené par l’État ne s’est pas arrêté contre le peuple arménien et s’est poursuivi pendant plus de cent ans. 

Dans le même temps, le sultan tentait de frapper directement les Arméniens vivant dans la patrie, en Arménie Occidentale et en Cilicie, créant ainsi des conditions d'existence insupportables. La persécution du peuple arménien, les vols, les pillages et les violences contre la population civile deviennent monnaie courante. Un régime anti-arménien unique est en train d'être créé dans toutes les régions arméniennes. Le pays est en train de devenir un véritable enfer. 

"La première étape", écrivait Emile Dillon, l'un des plus grands orateurs publics de l'époque, "dans le sens de la mise en œuvre du programme d'extermination, consistait à détruire régulièrement le peuple". Tout d’abord, elle a été mise en œuvre avec la politique fiscale la plus dure. La taxe d'entrée et la taxe militaire étaient particulièrement lourdes. Le sultan combinait les pressions économiques avec les objectifs politiques les plus subtils. L'installation des musulmans dans les villages et régions habités par les Arméniens a été élevée au rang de politique d'État. 

De plus, les colons ont été exemptés du service militaire pendant dix ans, ont reçu des terrains gratuits et un soutien matériel. Ces réinstallations massives poursuivaient un objectif : modifier la composition nationale des régions habitées par les Arméniens, affaiblir les Arméniens, les frapper économiquement et réduire la population arménienne dans leur pays à un faible pourcentage. Il convient de noter que des tribus kurdes exclusivement guerrières, arriérées et pilleuses et des tribus fanatiques du Caucase du Nord se sont installées dans les vilayets arméniens.