La position de négation du gouvernement turc concernant le génocide des Arméniens

  • by Western Armenia, avril 25, 2023 in Armenocide
223 vues

La plus grande manifestation du déni du gouvernement turc a été le rejet du traité de Sèvres, où il était clairement mentionné la restitution des territoires et des compensations. Cependant, il n'y a eu aucune réponse du monde extérieur concernant le respect des exigences des clauses du contrat signé par eux. La politique de rejet de l'Empire ottoman a enthousiasmé le gouvernement turc.

Mustafa Kemal, arrivé au pouvoir sur la base de - l'intégrité territoriale turque, a mis fin à tous les procès. Les Kémalistes ont continué à prétendre que les Arméniens étaient les seuls responsables. Lors de la conférence de Lausanne, le ministre turc Mustafa Ismet Inyonu, parlant de la question arménienne, a rejeté toute la faute sur les Arméniens, arguant que toutes leurs démarches étaient nécessaires, juste un moyen de réprimer la rébellion. Cette thèse est à la base des politiciens guidés par une position négationniste.

En 1931 une thèse plus cynique a émergé, qui prétendait que les massacres étaient nécessaires pour créer un grand État. L’extermination des Arméniens d'Arménie Occidentale - L'Arménie occidentale occupée est devenue un État ethniquement homogène. La politique turque a ensuite continué de la même manière. Le génocide n'a été mentionné nulle part, de plus, toute l'histoire a été déformée. En 1945, l'État turc est devenu membre des Nations Unies et a signé la Convention sur le génocide. Jusqu’en 1915-1916, les massacres faisaient partis du génocide.

Le gouvernement turc a changé sa position, en plus de nier le génocide, il a déformé sa propre histoire et celle de l'Arménie. Il s'attribuait ce qui était arménien.