Le régime hamidien, fondateur des principales thèses du négationnisme (Cinquième partie) 

  • by Western Armenia, mai 03, 2024 in Armenocide
41 vues

Parmi les documents remis par le ministère italien des Affaires étrangères aux Archives nationales d'Arménie, nous trouvons un ensemble d'écrits très remarquable et volumineux, où sont présentés la correspondance et les télégrammes d'hommes politiques turcs et américains. 

Les premiers pas pour diffuser la politique du déni et impliquer d’autres dans leur déni ont été faits sous le règne d’Abdul Hamid II. Le paquet de documents est accompagné du titre « Violences présumées commises contre les Arméniens ». Dans les documents, il existe plusieurs formes et méthodes de refus à la fois. Premièrement, les Arméniens sont accusés d'organiser la violence et les soulèvements, puis les groupes criminels sont présentés comme de « vraies » victimes. Par ailleurs, afin de se dégager de toute responsabilité et de mener une enquête « impartiale », les autorités turques proposent au Président des États-Unis d'Amérique, en tant que partie neutre et impartiale, d'envoyer son représentant sur les lieux de violences « présumées » afin de participer à l'enquête avec la commission turque.

De 1893 à 1897, le représentant plénipotentiaire des États-Unis auprès de l’Empire ottoman, Alexander Terrell, a écrit ce qui suit dans sa lettre au Département d’État : « Les articles [dans] les journaux américains sur les atrocités turques à Sassoun sont sensationnalistes et exagérés. Le meurtre a eu lieu pendant le conflit entre les Arméniens armés et les soldats turcs. Le Grand Vizir dit qu'il fallut réprimer la rébellion et qu'une cinquantaine de Turcs furent tués. Après le combat, entre trois et quatre cents fusils furent rassemblés, et on rapporte qu'autant d'Arméniens furent tués. Je crois sa déclaration."

D'ailleurs, le même représentant, sans attendre la réponse du Département d'État, deux jours plus tard, le 30 novembre 1894, envoya une autre lettre-télégramme au Département d'État, dans laquelle il disait ce qui suit :

"Le Sultan souhaite que le Président approuve que j'envoie le consul des États-Unis auprès de la Commission turque pour enquêter sur les atrocités présumées commises contre les Arméniens. Je crois que votre accord bénéficiera grandement au(x) missionnaire(s) en Asie Mineure. Il souhaite la présence d'un représentant neutre et choisit les États-Unis d'Amérique. Adresse ses salutations au Président. Je choisirai Jewitt. Le Sultan vous demande de répondre d'ici lundi."

En réponse à cette lettre, le 2 décembre, le Département d'État a écrit : "En évaluant la fiabilité du sultan, le président ne souhaite pas qu'un quelconque Américain soit envoyé avec l'envoyé turc pour enquêter sur les atrocités présumées."