Génocide culturel 

  • by Western Armenia, décembre 01, 2023 in Culture
81 vues

Après les opérations militaires agressives de septembre 2023 et le dépeuplement total de l’Artsakh, Bakou continue de détruire les valeurs culturelles arméniennes sur la base de l’appartenance ethnique. 

La preuve de tout cela a été la chute de la croix illuminée de 50 mètres sur l'une des collines près du village de Dashushen, près de Stepanakert, qui a porté non seulement un coup porté à la valeur culturelle, mais aussi à l'ensemble de la communauté arménienne chrétienne. La vidéo de la croix tombée a été publiée pour la première fois par la chaîne Telegram de la publication ukrainienne Strana.ua. 

La croix a été installée le 9 mai 2017, à la mémoire des militaires morts pour la libération et la défense de l'Artsakh. C'était le deuxième plus haut de la région européenne, il était visible de tous les côtés de Stepanakert, la capitale de l'Artsakh, il était éclairé par des lumières spéciales qui le rendaient visible même la nuit, contribuant ainsi à la diversité culturelle mondiale. 

Selon la Convention de La Haye de 1954, qui sert également de base à d'autres traités internationaux et qui, dans son article premier, définit ce qui suit : la valeur culturelle « …quel qu'en soit l'origine ou le propriétaire, le patrimoine mobilier ou immobilier d'une grande importance pour chaque peuple, tels que les monuments architecturaux, d'art ou d'histoire, quelle que soit leur nature religieuse ou laïque". Selon l'article 4 de la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en temps de conflit armé, tout acte de vandalisme, vol, vol qualifié, détournement, hostilités et représailles contre le patrimoine culturel est interdit. Selon le premier Protocole de La Haye de 1954, il est interdit de détruire des valeurs culturelles ou spirituelles dans les territoires occupés.

Une telle politique de destruction délibérée du patrimoine culturel est également condamnée par la déclaration de l'UNESCO de 2003 « Sur la destruction délibérée du patrimoine culturel ».