Sur la question des Arméniens d’Arménie Occidentale 

  • by Western Armenia, juillet 28, 2023 in Culture
115 vues

A Constantinople, les jeunes qui contrôlaient la parole des citoyens ont rapidement « perdu le contrôle » et les personnes qui ne parlaient pas le turc dans les lieux publics, dans les transports ont été victimes de harcèlement physique, de coups et de violences. 

En 1960, l'un des célèbres journalistes de l'époque, Jihad Baban, s'intéresse aux atrocités commises par la jeunesse nationaliste dans les lieux publics. L'article publié dans le journal "Ulus" décrit comment les jeunes à bord du navire ont sévèrement battu un représentant de la minorité ethnique qui n'osait pas parler turc. Reflétant l'atmosphère de cette époque, le célèbre journaliste note : "De tels cas se produisaient souvent à cette époque." La phase initiale de l'événement "Compatriote, parle turc" a duré 3 mois et plutôt que d'augmenter le niveau de turcophone, il a augmenté l'atmosphère de peur parmi les minorités.

 Notons également que cet événement nationaliste s'est répété plus tard. Selon la chercheuse-historienne turque Ayshe Hyur, la première étape de "Compatriote, parle turc" s'est terminée rapidement, et déjà en 1933. La deuxième phase qui a commencé a duré plus longtemps, au cours de laquelle les attaques et la répression ont été plus intenses, obligeant les représentants des autochtones ou des minorités à l'action publique. 

Ainsi, à cette époque, les Juifs de Bursa, Tigranakert, Cilicie, Ankara, Edirne et Kirklareli ont déclaré le turc comme langue maternelle ou "langue relative", et ils ont accroché de leurs propres mains des affiches "Compatriote, parle turc" dans les structures communautaires.  Et un groupe de citoyens arméniens, grecs et juifs vivant à Constantinople ont annoncé qu'ils fondaient l'organisation "Union pour la propagation de la langue turque", dont les problèmes étaient déjà clairs d'après le nom.