Identité arménienne

  • by Western Armenia, novembre 09, 2023 in Histoire
84 vues

Nous sommes aujourd’hui le 9 novembre, jour du 3e anniversaire de la guerre de 44 jours de 2020.

Ce jour est marqué en noir dans le calendrier arménien. À la suite de l'accord tripartite signé ce jour-là il y a trois ans, la majeure partie de l'Artsakh est restée aux mains de l'ennemi, et aujourd'hui l'Artsakh, berceau historique des Arméniens, est complètement perdu et dépeuplé.

La télévision d'Arménie Occidentale a souligné plusieurs incidents historiques qui prouvent une fois de plus que Bakou tente d'éliminer les Arméniens d'Artsakh depuis des décennies.

En 1971, par décret de Heydar Aliyev, la démolition du quartier historique de la ville de Chouchi a commencé. Plus de 7 000 monuments architecturaux historiques arméniens ont été démolis, notamment le monastère de Kusants, l'église de Meghretsots, l'église d'Aguletsots, l'église Saint-Gevorg, etc.

Détruite en 1920, la riche ville arménienne de Chouchi est restée une ville fantôme presque pendant toute la période soviétique. En 1960, plus de 90 % du parc immobilier de Chouchi était désert et en ruine. Sur les 40 000 habitants arméniens de la ville (en 1920), il n'en restait plus que 2 000 jusqu'en 1960. Aliyev s'est tourné vers Khrouchtchev pour lui demander d'allouer de l'argent de Moscou à la « restauration de la ville de Chouchi ». Moscou a alloué de l'argent.

Mais au lieu de reconstruire la ville, Aliyev a conduit des centaines de grues, bulldozers et autres équipements ici et a commencé à démanteler les bâtiments historiques de valeur historique et architecturale qui pouvaient encore être restaurés.

Les quartiers arméniens historiques de la ville de Chouchi, qui occupaient les 2/3 du territoire de la ville entière, la forteresse, ont été démolis et des « Khrouchtchevkas » gris (immeubles d'appartements de 5 étages) ont été construites à leur place, pour lesquelles les Azerbaïdjanais d'autres régions de la RSS d'Azerbaïdjan ont été amenés ici. Il s'agissait d'une politique délibérée visant à détruire l'arménité historique de cette ville. Mais malgré ces actions, jusqu'en 1991, Aliyev a réussi à installer pas plus de 10 000 Azerbaïdjanais dans la ville de Chouchi, soit 4 fois moins que le nombre d'Arméniens qui vivaient dans cette ville, avant les pogroms de Chouchi en 1920. 

Comme auparavant, jusqu'au 9 mai 1992, date à laquelle l'Armée de défense de l'Artsakh a libéré cette ville, 80 % de la ville était déserte.

En 1840, Chouchi reçut pour la première fois le statut de ville. Les habitants d'un grand nombre de villages arméniens situés dans les provinces lointaines de l'Artsakh se sont rassemblés et ont commencé à vivre une vie urbaine, y construisant de belles maisons privées, des écoles, des églises, des imprimeries, des théâtres, des bibliothèques et d'autres bâtiments publics. 

À la fin du XIXe siècle, Chouchi était déjà la plus grande ville non seulement de l'Artsakh, mais aussi de toute l'Arménie Occidentale. Chouchi est devenu le centre des intellectuels et de la culture arméniens de l'Arménie Occidentale et Orientale et a rivalisé avec Kars, Alexandropol, Erevan, Nakhitchevan et Gandzak. En termes de population, Chouchi était inférieure à seulement deux villes de Transcaucasie : Tiflis et Bakou. La ville et toute sa population furent détruites par l’armée turco-bolchevique en 1920.