Arménie Occidentale. Kessab

  • by Ashkhen Virabyan, février 22, 2023 in Patrimoine
141 vues

La région peuplée d'Arméniens de Kessab (le centre est le village de Kessab) est située au nord-ouest de la Syrie, dans la province d'Alep, à proximité des villes d'Alexandrette, d'Antioche et de Lattaquié, à 3 km de la côte méditerranéenne. La présence d'Arméniens en Cilicie et dans les régions côtières de la Syrie est attestée depuis l'époque de Tigrane le Grand. 

Les villages arméniens, grecs et assyriens de la région d'Antioche ont beaucoup souffert des invasions mameloukes de l'Égypte et des massacres et violences qui ont eu lieu dans la première période du sultanat mamelouk (XIIIe-XIVe siècle). Afin d'éviter les persécutions et les massacres, les Arméniens se réfugient dans les montagnes de Kessab. La présence d'Arméniens à Kessab même est attestée au XVIe siècle, mais la communauté s'est finalement formée au XVIIIe siècle. Pendant la domination ottomane, Kessab a été inclus dans la province d'Alep, devenant un centre de transit commercial reliant l'Asie Mineure, la Cilicie et la Mésopotamie du Nord.

Au début du XXe siècle, Kessab comptait environ 8 000 habitants arméniens. En plus de Kessab lui-même, 9 des 13 villages de la région étaient habités par des Arméniens : Galaturan, Duzaghaj, Eski Fran, Eskiuran (Inner Village), Ekiz Olug, Chagalchig, Chinar, Pazhaghaz, Kyorkune. Il y avait 8 églises arméniennes avec leurs écoles dans la région de Kessab. La population était engagée dans l'agriculture, l'élevage laitier, l'apiculture et l'artisanat.

En 1909, les Arméniens qui avaient survécu aux massacres sont retournés à Kessab et ont reconstruit leurs maisons. Après les pillages, les organisations d'aide arméniennes et étrangères ont tendu une main secourable aux villages endommagés de Kessab. Le Catholicos de Cilicie Sahak Khabayan a également visité Kessab.

En peu de temps, un orphelinat, une union de veuves et une école pour enfants ont été ouverts à Kessab. Des mesures ont été prises pour revitaliser l'économie, notamment la construction à grande échelle. Des églises, des écoles et des centres culturels ont été reconstruits à Kessab et dans les régions voisines. La plupart d'entre eux sont encore debout aujourd'hui.

Les Arméniens de Kessab ont été déportés de force et ont beaucoup souffert pendant les années du génocide . L'ordre de déportation est arrivé à Kessab le 26 juillet 1915. Les Arméniens ont d'abord décidé de désobéir et de résister à l'ordre, mais en vain. Ils ont été déportés dans deux directions, vers Der Zor et jusqu'au sud de la Jordanie. 5.000 Arméniens sont morts sur le chemin de l'exil. 70 jeunes Arméniens ont été mobilisés dans la Légion arménienne créée dans l'armée française, qui a contribué à la défaite de l'Empire ottoman.

La plupart des Arméniens de Kessab qui ont survécu au génocide perpétré  contre les Armeniens sont rentrés chez eux en 1918 pour reconstruire et développer leur patrie. Le principal problème pour les personnes retournant dans leur patrie était toujours la sécurité. Afin de protéger la population civile des bandes d'officiers kémalistes, un groupe de volontaires s'est formé et a parcouru le village jour et nuit. 

En 1920, il y avait 2 363 Arméniens à Kessab, et trois ans plus tard, ils étaient environ 3 500. Le rôle de Boghos Nubar, fondateur et président à vie de l’UGAB, dans cet événement a largement contribué à la création de colonies arméniennes au Moyen-Orient, dont Kessab. 

Au cours des décennies suivantes, la population arménienne a diminué en raison de l'émigration de Kessab et des villages environnants. En 1946, Kessab fait partie de la République arabe syrienne indépendante. En 1946-1947, 2 400 Arméniens (selon d'autres sources, 3 800) de Kessab et des villages voisins se sont installés en Arménie soviétique. Dans les années 1950-60, des centaines de familles se sont installées aux Etats-Unis, au Canada et au Liban.

C’est  plus d'une douzaine de villages entièrement arméniens que comptait la province jusque dans les années 1950-60, puis seuls les villages de Baghdzaghats, Duzaghadz et Karaduran sont préservés. Kessab est resté l'une des plus importantes colonies arméniennes de Syrie. 

Avant les événements de mars 2014, 1 500 Arméniens vivaient à Kessab. L'église apostolique arménienne de la Vierge Marie (fondée au XIXe siècle), l'église catholique de Michel l'Archange, l'église protestante arménienne des Trois Khorans, l'Union nationale de recherche, l'Union évangélique arménienne des martyrs, les écoles catholiques arméniennes et le Centre national Sahakian, une école du dimanche, étaient actives. 

Source : Site du Musée-Institut du génocide  des Arméniens.