Cette fois, les églises de Kirants et Voskepar sont désignées comme des « monuments aghvans » 

  • by Western Armenia, juin 15, 2024 in Patrimoine
38 vues

Depuis longtemps, Bakou appelle les régions orientales et méridionales de l’Arménie Orientale « Azerbaïdjan occidental ». Notre pays est représenté comme azerbaïdjanais et la culture arménienne comme aghvanique et turque. La plateforme académique indépendante « Suivi du patrimoine culturel de l’Artsakh » le constate.

Dans ce contexte, les plateformes médiatiques de Bakou font référence aux monuments des zones délimitées, à leur soi-disant « origine aghvane » et à l'élimination des « traces aghvaniques » à cause des rénovations de la partie arménienne.

Cette fois les églises St. Trinité et St. Astvatsatsin de Voskepar ont été présenté soi-disant comme monument aghvan.

Au village de Kirants l'église St. de la Trinité est une église basilique à trois nefs du XIXe siècle construite en pierre brute locale. Actuellement, les travaux de réparation visant à redonner à la structure son aspect initial sont en cours. La principale caractéristique du monument réside dans les trois paires de piliers en pierre complets qui soutiennent le toit.

A Voskepar L'église centrale du dôme d'Astvatsatsin est une structure datant de la fin du VIe siècle au début du VIIe siècle. Aucune inscription n'a été conservée sur la structure. Les motifs en croix sur le bâtiment sont particuliers. L'église faisait l'objet de travaux de réparation sur le toit de la structure.

Il a également été fait référence à la rénovation du temple d'Ereryuk, où le temple est présenté comme « un ancien monument turc situé sur la rive gauche de la rivière Arpacha dans la région d'Agin de Shorayal, dans l'ouest de l'Azerbaïdjan ».

Hartak souligne que le monument chrétien datant des Ve-VIe siècles est inscrit sur la liste préliminaire du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO et sur la liste des monuments culturels les plus menacés d'Europa Nostra.

La plateforme académique souligne que la politique adoptée par Bakou élargit de jour en jour les limites de son « aghvanisation », y compris presque tous les monuments chrétiens d'Artsakh, d'Utik et de l'Arménie Orientale.