Les noms des lieux d’Artsakh : Chouchi (deuxième partie)

  • by Western Armenia, février 28, 2023 in Patrimoine
247 vues

 Si vous demandez à un Arménien quel est le secret de la longévité de son peuple, il vous répondra certainement : la culture. Privé d’État pendant des siècles, le peuple arménien a résolu les problèmes de sécurité, de préservation et de développement de la nation par l’éducation, la culture et les valeurs spirituelles. En conséquence, les villes florissantes dans différents coins des hautes terres arméniennes à diverses périodes de l’histoire se sont progressivement transformées en centres de culture et de vie spirituelle. Chouchi, le joyau de l’Artsakh, est un tel centre.

Cette ville, située sur un plateau imprenable, est devenue depuis l’Antiquité l’un des bastions importants des princes arméniens. Les pierres tombales les plus anciennes conservées à Chouchi en témoignent déjà au 8ème-9ème siècle, la ville était un foyer en développement de la culture arménienne et des valeurs chrétiennes. À partir de cette époque, Chouchi, en tant que forteresse avec une position dominante dans la vallée de la rivière Kur-Araks, est devenue le centre d’attention des conquérants étrangers. L’historien arménien du XIIIe siècle Kirakos Gandzaketsi raconte que Hasan Jalalyan, le souverain de l’Artsakh, négociait avec Mangu Khan des Mongols pour que ces derniers rendent la ville à ses véritables propriétaires, les Arméniens.

Chouchi est apparu pour la première fois en tant que centre de culture spirituelle déjà établi, aux débuts des années 1420. A cette époque, l’église d’Astvatsatsin se transforme en un centre majeur de développement de l’écriture arménienne. C’est durant ces années que l’écrivain médiéval bien connu et florissant Ter Manuel travailla à Chouchi, dont le St. Evangile est l’un des meilleurs monuments de la littérature arménienne. Dans les mémoires du livre, l’ecclésiastique déclare avoir terminé les travaux en 1428, dans le village de Chouchi dans l’état d’Amaras, sous le patronage de l’Eglise Ste. Mère de Dieu, durant la période du Catholicos Ter Hovhannes. Le second évangile préparé sous les auspices de l’Église Ste. Mère de Dieu, qui nous est parvenu de la ville a été écrit en 1575.

Dans la première moitié du XVIIIe siècle, le général Avan a reconstruit la citadelle et les murs de Chouchi, faisant de la ville l’un des bastions militaires importants des princes arméniens d’Artsakh. Grâce à ces travaux préparatoires, en 1726, le commandant militaire Avan put arrêter l’avancée de l’armée ottomane forte de 40 000 hommes dans les vallées de Chouchi. Au cours de la bataille de 8 jours, l’armée turque a subi une défaite écrasante et a quitté l’Artsakh.

Le renforcement de Chouchi contribue également à l’essor sans précédent de la vie culturelle et spirituelle dans la ville. A partir de la seconde moitié du 18ème siècle, surtout à partir du début du 19ème siècle, Chouchi est devenu l’un des plus grands centres culturels du peuple arménien. En 1822, le Catholicos arménien Efrem et Nerses Ashtaraketsi visitèrent la ville et célébrèrent la messe à la place Saint-Pierre de la ville. Dans l’église de la Vierge.

Au cours de la même période, des imprimeries, des écoles, des théâtres et de nouvelles églises ont été construits à Chouchi. De 1827 à 1920 des centaines de livres sont imprimés dans la ville. Plus de 20 journaux et magazines sont également publiés à Chouchi.

Le Gibraltar du Caucase, le petit Paris arménien… Visiteurs européens à Chouchi au XIXe siècle, le baron allemand von Gaksthausen, le peintre russe Vereschagin et d’autres, ont scellé la ville forteresse de ces noms. Des personnalités de la culture arménienne telles que l’historien Leo, le sculpteur Hakob Gyurjian, le romancier Muratsan sont nées à Chouchi. Perch Proshyan, Ghazaros Aghayan, Vrtanes Papazyan, Hrachya Acharyan et d’autres notables de la culture arménienne ont également enseigné dans différents domaines de leur activité dans les écoles de la ville.

En 1848, les étudiants de Chouchi ont transformé la grange de la ville en théâtre et ont mis en scène diverses pièces de théâtre. Bientôt, le célèbre acteur de théâtre Gevorg Chamchyan est venu dans la ville, qui en 1865 a présenté les tragédies « Samvel », « Vardan Mamikonyan » et « Mihrdat » aux habitants de Shush. Et en 1891 Mkrtich Khandamiryan, un homme riche de Chouchi, a fondé un théâtre de trois étages avec 350 places, où de nombreuses œuvres d’auteurs arméniens, russes et européens ont été mises en scène.

Au 19ème siècle, dans la ville fonctionnait l’hôpital de Zhamharyan, l’école de filles de st. Mariam, la vraie école de Chouchi. Au cours de la même période, 5 autres églises ont été construites dans la ville. De 1868 à 1887, la construction de l’église Ghazanchetsots du Saint-Sauveur, devient le joyau de la ville. La cathédrale située au centre de la ville, ressemble à la cathédrale d’Etchmiadzin.

Au début du XXe siècle, en 1905-1906. et 1918-1920. Pendant les conflits arméno-tatares, l’essor culturel de Chouchi a été temporairement arrêté. Au cours de ces années, le quartier arménien de la ville a été incendié, de nombreux centres culturels ont été détruits. Elle a été suivie par le gouvernement soviétique, au cours duquel la ville a été remise à la direction des Azerbaïdjanais. Profitant de l’occasion, les dirigeants de l’Azerbaïdjan soviétique tentent d’éliminer les traces de la culture arménienne à Chouchi. Entre autres centres, le centre important de l’écriture arménienne médiévale de l’Église St. Astvatsatsin.