Qu’est-ce que la Déclaration d’Alma Ata (Partie 2) ?

  • by Western Armenia, mars 05, 2024 in Histoire
66 vues

Bakou n’a changé sa position à l’égard de la CEI qu’après l’arrivée au pouvoir de Heydar Aliyev en 1993. 

Le 20 septembre 1993, le Parlement azerbaïdjanais a adopté la décision "Sur l'adhésion de la République d'Azerbaïdjan à la coopération des Etats indépendants". Avec cette décision, la République d'Azerbaïdjan a rejoint à la fois la Coopération des États indépendants et l'Organisation du Traité de sécurité collective de la CEI. 

Selon le point 3 de la décision, il a été proposé au chef de Bakou de mettre en œuvre les mesures nécessaires résultant de cette décision. Conformément à cette décision, quelques jours plus tard, en le 24 septembre 1993, Heydar Aliyev a signé le traité du 8 décembre 1991 à Moscou, le protocole joint à l'accord et la déclaration d'Alma Ata ont été signés par la Biélorussie, la Fédération de Russie (RSF) et l'Ukraine à Minsk.

Le même jour, les dirigeants des États membres de la CEI, saluant la décision du parlement de Bakou d'adhérer à la CEI, ont décidé d'accepter cette décision de Bakou. L'adhésion de Bakou à la CEI a été mise en œuvre conformément à l'article 7, partie 3 de la Charte de la CEI, selon laquelle « l'État qui partage les objectifs et les principes de la CEI et assume les obligations découlant de cette Charte peut devenir membre de la CEI " par consentement en adhérant à la Charte ".

Le fait que Bakou soit devenu membre de la CEI, et non en tant qu'État fondateur, tel que défini dans les parties 1 et 2 de l'article 7 de la Charte de la CEI, est également confirmé par la décision du Tribunal économique de la CEI du 31 mars 1994. .h. par décision 02/94.

Vous pouvez prendre connaissance d'autres points controversés de la déclaration d'Alma Ata sur le site Internet de la télévision d'Arménie Occidentale.