L’autochtonie comme élément stratégique fondamental dans l’affirmation des droits de la nation arménienne. Conseil National

  • by Western Armenia, juillet 31, 2023 in Conseil National
126 vues

La question de la défense des droits des peuples autochtones est un combat mené par le Conseil National d’Arménie Occidentale depuis 20 ans. 

C’est dans la continuité de ce combat que s’inscrit la Participation de la délégation de l’Arménie Occidentale à la 16e session du Mécanisme d’Experts sur les droits des peuples autochtones, qui s’est tenue à Genève du 17 au 21 juillet 2023. 

Cette année, les études ont concerné entre autres, l’impact de la militarisation sur les droits des peuples autochtones, la décennie internationale sur les langues autochtones, les accords et autres arrangements entre les peuples autochtones et les Etats, les futures études du Mécanisme d’experts ainsi qu’un dialogue avec le rapporteur spécial des droits des peuples autochtones Francisco Calí Tzay. 

Autant de thèmes d’une importance cruciale au regard de l’actualité de la nation arménienne. 

Un dossier complet de la part du Conseil National d’Arménie Occidentale a été transmis aux instances de l’ONU par M. Arménag Aprahamian Président du Conseil National d’Arménie Occidentale qui s’est exprimé sur l’étude des impacts de la militarisation sur les droits du peuple autochtone arménien d’Artsakh. M. Aprahamian a alerté la communauté internationale en évoquant qu’il était question d’empêcher la militarisation provenant de l’étranger, d’un territoire autochtone faisant partie de l’Etat d’Arménie Occidentale depuis 1920 (preuves à l’appui) qui avait pour objectif programmé la poursuite du génocide des Arméniens autochtones dans le but de s’approprier leur terre sacrée. 

https://westernarmeniatv.com/fr/180458/point-dintervention-3-limpact-de-la-militarisation-sur-les-droits-des-peuples-autochtones-17-juillet-2023-16e-session-du-mecanisme-dexperts-sur-les-droits-des-peuples-autochtones

Cette étude transmise est d’autant plus importante que la nation arménienne d’Arménie Occidentale dispose d’un dossier juridique sans précédent comme peuple autochtone et a valeur d’exemplarité pour tous les peuples qui veulent exercer leurs droits à l’autodétermination

Suite à l’intervention du représentant de l’Azerbaïdjan venu qualifier les Arméniens d’Arstakh de minorité ethnique, celle-ci s’est déconsidérée devant la communauté internationale au regard de la méconnaissance du travail accompli par les peuples autochtones ayant abouti à la Déclaration sur les droits des peuples autochtones et dont le Conseil National d’Arménie Occidentale fut parti prenante dès le début des travaux de rédaction de la Déclaration.  M. Arménag Aprahamian a précisé dans sa réponse que les Arméniens autochtones vivant en Artsakh (Karabagh) occupé par l’Azerbaïdjan ne voulaient pas vivre sous le joug de l’Azerbaïdjan et ne vivraient pas sous le joug de l’Azerbaïdjan et a invité l’Azerbaïdjan devant la Communauté internationale autochtone, à reconnaître le droit à l’autodétermination des Arméniens autochtones en Artsakh.

Le Mécanisme d’Experts sur les droits des peuples autochtones est un organe sursitaire du Conseil des Droits de l’Homme et ses recommandations sont prises en compte par cette instance. C’est dans ce cadre qu’est intervenue Mme Lydia Margossian, Ministre des Affaires étrangères de la République d’Arménie Occidentale sur le Point 13 relatif aux Propositions à soumettre au Conseil des Droits de l’Homme pour examen et approbation pour que la question de l’occupation de l’Arménie Occidentale soit inscrite à l’ordre du jour des débats permanents du Conseil des Droits de l’Homme. Mme Margossian a en effet précisé que tenant du fait que les 3 éléments constitutifs d’un Etat étaient une population, un territoire et un gouvernement, la continuation ininterrompue des programmes génocidaires turco-ottomans débutés en 1894 et l’occupation illégale en droit international du territoire arménien n’avaient d’autres but que d’empêcher l’existence de l’Etat autochtone d’Arménie Occidentale reconnu par plus de 30 Etats siégeant aujourd’hui à l’Organisation des Nations Unies.

Mme Lydia Margossian s’est aussi exprimée sur l’étude par rapport aux langues autochtones dans un contexte où toutes les 15 minutes, une langue autochtone mourait victime de discrimination et de domination.

https://westernarmeniatv.com/fr/180440/decennie-internationale-des-langues-des-peuples-autochtones-du-monde-17-juillet-2023-16e-session-du-mecanisme-dexperts-sur-les-droits-des-peuples-autochtones-discours-7

La 16ième session du Mécanisme d’Experts des peuples a aussi donné lieu à un évènement historique, celle de l’organisation d’une marche des Peuples autochtones qui eut lieu le 18 juillet 2023 à Genève. Les délégations des peuples autochtones défilèrent avec leur drapeau, vêtus de leurs habits traditionnels autochtones.
La délégation de l’Arménie Occidentale participa à cette marche qui débuta de la place des Nations pour se terminer sur les rives du lac Léman où se situait une exposition dans le cadre du centenaire de la mission de Deskaheh à Genève en 1923. 

Suite au privilège qui m’a été accordée d’accompagner pour la deuxième année consécutive la Délégation du Conseil National d’Arménie Occidentale à l’ONU, je note que le Conseil National fut à l’avant-garde sur bien des points dont la question de l’autochtonie qui apparait de manière prégnante à l’ordre du jour à l’aune des récents développements affectant le territoire de l’Artsakh. 

Fière d’être une arménienne d’Arménie Occidentale et d’être dépositaire d’une culture 10 fois millénaire, je continuerai d’ancrer mon travail sur l’autochtonie de ma nation comme élément fondamental dans l’affirmation de ses droits et des droits de tous les peuples autochtones.

Amalya-Astrid S. 30 juillet 2023