Point 8 : Panel de discussion sur les droits des Peuples Autochtones dans les situations post-conflit et les négociations, accords et conventions de paix 

  • by Western Armenia, juillet 10, 2024 in Conseil National
85 vues

https://youtu.be/4h5ZE84YisQ

Mr le Président, permettez-moi de vous remercier pour la qualité de ce panel et particulièrement les experts intervenants

Suite à la 1ère guerre mondiale, par le Traité de Sèvres en 1920, signé et appliqué par les Puissances Alliées et Associées, la Turquie reconnaît suite au génocide des Arméniens autochtones d’Arménie Occidentale, la reconnaissance et la souveraineté de l’Etat arménien.

Sur la base de ce traité international de Paix, réunissant 19 signatures des Puissances Alliées et Associées, le Sénat américain sur la demande du Conseil suprême donne mandat au 28ième Président des Etats Unis Woodrow Wilson d’arbitrer le tracé de la frontière entre l’Arménie Occidentale et la Turquie. Cette Sentence arbitrale a été signée par le Président des Etats-Unis le 22 novembre 1920.

Depuis 1921,  l’Arménie Occidentale, Etat autochtone, est toujours sous occupation par la Turquie et l’Azerbaïdjan, comme peut l’être le nord de Chypre depuis 1974.

A la question, de savoir si tous les Peuples Autochtones aspirent à devenir des nations d’Etats autochtones, on peut répondre de la façon suivante :

  1. Des Peuples Autochtones sont devenus des nations par la reconnaissance de leur Etat, et ils défendent ce statut. 
  2. Des Peuples Autochtones veulent devenir des nations avec la reconnaissance de leur Etat.
  3. Des Peuples Autochtones vivent et cohabitent au sein d’Etats qui reconnaissent leurs droits sur la base de la déclaration de l’ONU et autres actes juridiques.
  4. Des Peuples Autochtones ayant eu un Etat ou non, sont systématiquement anéantis par des Etats qui ne reconnaissent absolument pas leurs droits.

Ces quatre situations devraient être prises en compte par l’Organisation des Nations Unies sur la base de dossiers juridiques pertinents pour la réactualisation de leurs droits. La mise en place d’une Commission complémentaire au Mécanisme d’expert sur ces questions viendrait en continuité de la Déclaration sur les droits des Peuples Autochtones dans le cadre d’un processus d’application de ces droits. 

Merci M. le Président