Discours de Guillermo Karamanian, Ambassadeur de la République d’Arménie Occidentale auprès de la République d’Argentine 

  • by Western Armenia, juin 05, 2024 in Gouvernement
51 vues

Buenos Aires, 02 juin 2024

Nous savons tous très bien que la République d'Arménie occidentale est un État redouté par la géopolitique mondiale, car son apparition sur la scène internationale en tant qu'État continuateur de l'État arménien reconnu par le monde en 1920 met en crise l'ordre géopolitique fictif, étant donné que les pays les plus puissants du monde seront tenus d'honorer cette reconnaissance et d'affronter des alliés géopolitiques tels que la Turquie et l'Azerbaïdjan pour plaider la cause du peuple arménien, qui, dans l'immédiat, n'a pas d'intérêts économiques palpables.

Mais nous savons aussi, et tout le monde le voit bien aujourd'hui en écoutant les messages du gouvernement de l'actuelle République d'Arménie, comment ces responsables, qui s'attaquent à l'intérêt national arménien pour négocier avec les ennemis de la patrie, ont décidé de choisir le peuple originel d'Arménie Occidentale, c'est-à-dire nous tous, comme leurs principaux adversaires au lieu de nous traiter comme des frères et sœurs inséparables.

Cette décision absurde fait courir un grand risque à Erevan, affaiblit considérablement l'actuelle République d'Arménie, qui est à la merci de l'ennemi, et nous place devant un trop grand obstacle à surmonter avant de pouvoir regagner la patrie.

Par conséquent, nous sommes tous tenus d'être l'avant-garde de la nation arménienne et, peut-être, nous sommes le dernier espoir pour que les générations arméniennes futures puissent jouir de leurs terres historiques, millénaires, bibliques, ancestrales et indigènes.

Pour cela, à l'instar des 12 apôtres du Christ, nous devons prêcher la vérité, la réalité arménienne, et enseigner à nos compatriotes, les Arméniens du monde entier, que nous avons deux Etats reconnus par le droit international public et que ces Etats sont distincts et indépendants. Le premier, le grand, l'intégral, celui de tous les Arméniens a été reconnu en 1920, et l'autre, le second, le petit, le sectaire, l'exclusif des Arméniens vivant dans l'actuelle République d'Arménie, avec un morceau du premier (29.743 km2) est devenu indépendant en 1991, laissant les autres Arméniens du monde seuls, privés de leur arménité et avec le reste de notre état usurpé par l'ennemi.

Même si l'actuelle République d'Arménie fera toujours partie de notre patrie et que tous les Arméniens du monde aimeront toujours son territoire, nous devons reconnaître et voir la réalité telle qu'elle est. Et cette réalité indique qu'aucun d'entre nous, Arméniens vivant en dehors de l'actuelle République d'Arménie, ne fait partie de cet État qui nous considère comme des étrangers en appliquant les règles du droit public international.

Connaître notre éloignement actuel de l'actuelle République d'Arménie nous permettra de concevoir la stratégie appropriée pour sa réintégration dans notre État à l'avenir.

Nous devons briser le paradoxe qui fait que nos compatriotes, qui vivent dispersés dans le monde sans connaître cette réalité, ont l'impression d'être une diaspora de l'actuelle République d'Arménie, alors qu'en fait nous ne sommes pas une diaspora de l'actuelle République d'Arménie, mais des exilés forcés et des citoyens naturels de l'État arménien de 1920 et, par conséquent, de l'État qui lui a succédé, la République d'Arménie Occidentale.

Il n'est pas vrai que les frontières territoriales de la nation arménienne soient celles de l'actuelle République d'Arménie, comme le prétendent publiquement ses autorités, ni que les frontières territoriales de la nation arménienne soient celles de l'actuelle République d'Arménie plus l'Artsakh, comme le prétendent les dirigeants politiques et sociaux de la diaspora arménienne.

Les limites territoriales de la nation arménienne sont celles de l'actuelle République d'Arménie, plus l'Artsakh, le Nakhitchevan, Djavakhk, Kars, Ardahan, Manazguerd, Van, Yerzinca, Erzerum, Diarbekir, Trebizonda, Bitlis, Sivas, Harput, Mush et Sasun, avec un débouché sur la Mer Noire et avec les limites occidentales établies par l'arbitre Wilson dans sa sentence arbitrale.

Mais nous ne devons jamais perdre de vue que notre nation est aujourd'hui divisée en deux États et qu'il est du devoir de chaque Arménien de renforcer son État et d'aider l'autre État arménien.

Pour atteindre cet objectif, depuis l'ambassade en Argentine, nous nous sommes présentés à la société avec le tout nouveau poste d'ambassadeur, faisant connaître la nomination faite par notre président avec une lettre que j'ai préparée, marquant ces réalités indispensables que tout Arménien doit connaître.

Ensuite, nous avons fait un événement artistico-culturel pour commémorer la date du 24 avril, qui comprenait un discours qui a été porté à la connaissance de nos compatriotes sur Internet, sur les blogs arméniens, par WhatsApp et par des émissions de radio arméniennes et j'ai également fait un reportage pour une radio argentine pendant 30 minutes, faisant connaître l'existence de la République d'Arménie Occidentale et que les Arméniens demandent justice contre la Turquie et l'Azerbaïdjan.

J'ai également été invité par la Société des écrivains de la province de Buenos Aires à être le principal orateur lors de la clôture de la réunion annuelle des écrivains de la célèbre Foire internationale du livre de Buenos Aires, et nous avons également diffusé la vidéo de cette participation.

L'objectif de l'Ambassade en Argentine est très ambitieux, nous ne restons pas dans la formalité de sa constitution et nous visons à écrire une des pages les plus glorieuses de l'histoire de l'Arménie, en essayant de générer avec toutes les autorités de la République d'Arménie Occidentale, la révolution arménienne dans l'esprit de chaque Arménien et dans chaque communauté, la révolution arménienne dans l'esprit de chaque Arménien et dans chaque communauté, afin que toute la diaspora arménienne se lève et, intégrant sa République d'Arménie Occidentale, dispose des moyens appropriés pour jouer un rôle de premier plan dans l'épopée arménienne du 21ème siècle, qui doit être la récupération de nos terres ancestrales.

William A. Karamanian

Ambassadeur de la République d'Arménie Occidentale auprès de la République d’Argentine