« Il y a deux États arméniens »,  Guillermo Karamanian (Quatrième partie) 

  • by Western Armenia, mars 21, 2024 in Gouvernement
244 vues

C'est pourquoi l'actuelle République d'Arménie ne peut revendiquer ne serait-ce qu'un centimètre de territoire différent de celui avec lequel elle a décidé de devenir un nouveau pays en 1991.

C'est pourquoi je vous dis catégoriquement qu'à ces fins, il importe peu de savoir qui est le premier personnage politique de la République d'Arménie, quels que soient son nom et son prénom et son idéologie. Personne n'a revendiqué de territoire depuis plus de 30 ans, et personne ne pourra en revendiquer à l'avenir, car le pays est dans l'incapacité juridique de le faire.

Cependant, malgré tout cela, et bien que les autorités de la République d'Arménie ne seront jamais en mesure de revendiquer des territoires en dehors de ses 29.800 kilomètres carrés, il est tout à fait différent que, parce qu'elles sont déterminées à défendre le mensonge historique et juridique perpétué par l'establishment mondial selon lequel elles sont les seuls Arméniens au monde et qu'elles vivent dans le seul État arménien au monde, elles puissent oser faire des déclarations publiques qui vont à l'encontre de l'intérêt national arménien et qui profitent à nos ennemis.

Par conséquent, aucun d'entre nous ne peut permettre à une autorité de la République d'Arménie de nier l'existence de l'État arménien de 1920 et de ses citoyens qui sont les Arméniens vivant encore en Arménie occidentale usurpée par la Turquie et l'Azerbaïdjan et nous tous qui sommes nés et vivons en exil de notre patrie arménienne, bien que beaucoup de ceux qui lisent ces lignes ne sachent toujours pas que nous sommes le peuple originel de l'Arménie occidentale, qui a été ainsi reconnu en 2007 par les Nations Unies.

Les dirigeants de la République d'Arménie peuvent faire ce qu'ils veulent pour préserver l'intégrité des 29.800 kilomètres carrés qu'ils gouvernent, mais ils ne peuvent pas aller à l'encontre de l'intérêt national arménien, ils ne peuvent pas nier l'existence de l'État arménien de 1920 et de son successeur légal qui est notre République d'Arménie occidentale. Ils peuvent faire ce qu'ils veulent, mais ils ne peuvent pas dire que le Nakhitchevan, l'Artsakh, Djavakhk, Kars, Ardahan, Manazguerd, Van, Yerzinca, Erzerum, Diarbekir, Trebizonda, Bitlis, Sivas, Harput, Mush et Sasun ne sont pas des provinces arméniennes. Ils ne peuvent surtout pas oser remettre en question l'arménité du mont Ararat, en prétendant que ce n'est pas une montagne arménienne, que c'est une montagne turque ou qu'elle appartient à l'intégrité territoriale de la Turquie. Ce serait de la trahison.

L'Artsakh est incontestablement une province arménienne et le mont Ararat est la montagne la plus arménienne du monde, le point culminant et le symbole de notre République d'Arménie Occidentale en tant qu'État successeur de l'État arménien de 1920.

Les protocoles d'Alma-Ata de 1991 ont été signés dans le but principal de dissoudre l'Union soviétique et c'est un problème pour les dirigeants de la République d'Arménie de savoir s'ils veulent mettre ce document sur la table ou non, de convenir de ce qu'ils veulent avec l'Azerbaïdjan.

Ce que les dirigeants arméniens ne peuvent pas accepter avec l'Azerbaïdjan, c'est un accord visant à éliminer la souveraineté arménienne sur nos provinces du Nakhitchevan et de l'Artsakh, tout comme ils ne peuvent pas reconnaître le droit de la Turquie sur aucune des provinces restantes qui constituent la République d'Arménie Occidentale.

En conclusion, je voudrais dire que les seules frontières légales et juridiques qui existent entre les Arméniens et les Turcs sont celles fixées par le président des États-Unis d'Amérique, Woodrow Wilson, agissant en tant qu'arbitre international, dans la sentence arbitrale qu'il a prononcée le 22 novembre 1920. Ce jugement définitif et sans appel est devenu une loi internationale qui délimite les frontières légales et actuelles des États de Turquie et de l'actuelle République d'Arménie Occidentale.

Telle est la réalité arménienne.

Vous qui venez de comprendre la réalité arménienne, vous devez diffuser les vérités objectives contenues dans cette déclaration écrite à tous vos contacts arméniens et les transmettre.

Dans cette première action officielle en tant qu'Ambassadeur de notre République d'Arménie Occidentale, nous invitons tous les Arméniens du monde à nous rejoindre d'urgence afin qu'ensemble nous puissions mettre en œuvre les stratégies appropriées pour reconquérir chacune de nos provinces arméniennes.

William A. Karamanian

Ambassadeur de la République d'Arménie Occidentale auprès de la République d’Argentine