30 ans après, l’Artsakh est à nouveau confronté à la même menace ontologique qu’au tout début de la phase actuelle du conflit azerbaïdjano-arménien. Ministère des Affaires étrangères

  • by Western Armenia, mai 02, 2023 in Politique
103 vues

Il y a exactement 32 ans, le 30 avril, commençait l'opération « Oghak », dont le nom témoignait déjà de son caractère punitif. L'objectif principal de l'opération, qui s'est déroulée en plusieurs étapes d'avril à août 1991, était de réprimer par la force l'expression de la volonté du peuple d'Artsakh et de créer les conditions de son émigration de sa terre natale. Dès le début, en Azerbaïdjan, presque ouvertement, au plus haut niveau, l'idée que les Arméniens doivent être expulsés de l'Artsakh, s'ils n'acceptent pas de se soumettre à l'Azerbaïdjan, a commencé à être exprimée régulièrement. 

En 1991 à partir du 25 mars, l'OMON azerbaïdjanais a commencé à bombarder régulièrement les villages de Getashen et Martunashen. A partir du 16 avril, l'alimentation électrique de la région de Shahumyan a été coupée, la connexion téléphonique a été déconnectée. Le 19 avril, le personnel des troupes internes du ministère de l'Intérieur de l'URSS stationné dans le village de Getashen a été retiré du village. Le 21 avril, à la demande de Bakou, les vols réguliers en hélicoptère Erevan-Shahumyan ont été interdits.

Le 30 avril, l'opération "Oghak" a commencé par le bombardement massif des villages Getashen et Martunashen, au cours duquel des chars, des hélicoptères de combat et de l'artillerie ont été utilisés pour la première fois contre la population civile.

À la suite de l'opération, plus de deux douzaines de villages du nord de l'Artsakh, ainsi que les régions de Shahumyan, Hadrut et Chouchi ont été complètement désertés et détruits. L'opération Oghak, caractérisée par une extrême brutalité et des violations massives des droits de l'homme, a fortement augmenté le niveau de tension dans la région et a fait passer le conflit azerbaïdjano-arménien à une dimension militaire.

Aujourd'hui, nous voyons comment les crimes commis il y a 30 ans se répètent et restent impunis, notamment l'agression militaire, l'occupation de territoires, les meurtres, le nettoyage ethnique et le terrorisme contre le peuple d'Artsakh.

Aujourd'hui, le peuple d'Artsakh est à nouveau dans une boucle, le blocus de l'Azerbaïdjan se poursuit depuis plus de 4 mois, qui, après avoir déjà officiellement fermé le corridor de Berdzor, tente de placer un poste de contrôle illégal dans la zone de responsabilité des troupes russes de maintien de la paix.

Aujourd'hui, nous inclinons une fois de plus la tête devant la mémoire de toutes les victimes innocentes de l'opération brutale et criminelle « Oghak » et exhortons une fois de plus la communauté internationale, et surtout le Conseil de sécurité des Nations unies, qui est directement responsable du maintien de la paix et la sécurité internationales, d'abandonner enfin le protocole en exprimant des inquiétudes quant au libellé de la nature et des appels aux deux parties et de prendre des mesures urgentes et pratiques pour empêcher la répétition de telles atrocités et violations massives des droits de l'homme, ainsi que les actes criminels et génocidaires, les intentions expansionnistes de l'Azerbaïdjan envers l'Artsakh et l'Arménie.