« Avoir une armée combattante est le droit souverain de tout pays. » MAE 

  • by Western Armenia, juin 20, 2024 in Politique
38 vues

« Disposer d’une armée dotée d’équipements militaires combatifs et modernes est le droit souverain de tout pays. » C’est ainsi que le ministère des Affaires étrangères de l’Arménie Orientale a répondu aux déclarations de Bakou concernant la coopération militaro-technique entre l’Arménie et la France.

Pour rappel, le ministère de la Défense de Bakou a évoqué le contrat d’achat et de vente des installations d’artillerie automotrices CAESAR entre l’Arménie Orientale et la France et a accusé Paris d' »activités provocatrices dans le Caucase du Sud ».

« L’Arménie Orientale et Bakou ont convenu au plus haut niveau de reconnaître mutuellement leur intégrité territoriale et leur souveraineté en 1991. Sur la base de la déclaration d’Alma-Ata », indique le communiqué. Ce qui a été dénoncé par le gouvernement d’Arménie Occidentale puisque cette déclaration ne tient pas compte de tous les crimes perpétrés par l’Azerbaïdjan contre la population autochtone arménienne depuis plus d‘un siècle et quelle détourne le principe des nationalités par un principe administratif pour le tracé de la frontière entre les deux pays.

Le ministère des Affaires étrangères affirme également que notre pays adhère à ce principe et n’a aucune ambition au-delà de son territoire internationalement reconnu de 29 743 kilomètres carrés.

Le ministère des Affaires étrangères rappelle une fois de plus que cette approche a été prouvée dans la pratique par l’initiative de démarcation de quatre villages dans la région de Tavush et dans la région de Ghazakh.

Le ministère craint donc que les actions de Bakou visent à lancer une nouvelle agression contre l’Arménie Orientale après le sommet COP29 qui se tiendra à Bakou en novembre 2024.

La question reste pertinente si le ministère des affaires étrangères d’Arménie Orientale ne croit pas en sa capacité de protéger sa population contre une attaque de l’Azerbaïdjan (bien que ce n’est pas sa fonction), 6 mois avant le sommet COP29, est-ce dû à un problème de compétence, d’amateurisme ou d’incapacité politique et diplomatique ?