Bakou utilise les maisons de la culture, les centres communautaires et les écoles de l’Artsakh à des fins militaires 

  • by Western Armenia, avril 19, 2024 in Politique
117 vues

Après la fin de la guerre de 44 jours en 2020, d’importantes forces militaires et policières de Bakou ont été transférées et déployées dans les territoires occupés de l’Artsakh.

  Dans les vidéos officielles diffusées à la télévision, ces forces étaient localisées dans les anciennes unités militaires de l'Armée de défense de l'Artsakh, mais l'observation des réseaux sociaux azerbaïdjanais, notamment après l'occupation totale de l'Artsakh en 2023, permet de conclure qu'une partie de l’Artsakh occupé ont servi de base de police, de base militaire et de quartier général, les bâtiments de certaines écoles et surtout des centres communautaires situés dans un certain nombre de colonies et construits et rénovés avant 2020. La construction de nouveaux centres communautaires en Artsakh a été initiée il y a plus de huit ans par le Fonds pan-arménien d'Arménie.

Après les opérations militaires de septembre 2023, lorsque le matériel militaire et les munitions de l'Armée de défense ont été saisis et remis à Bakou, une partie d'entre eux a été placée dans la cour de l'ancienne école Khachatur Abovyan à Chouchi, qui, à en juger par les photos et vidéos, est devenu l'un des points de contrôle de l'armée azerbaïdjanaise dans la ville occupée de Chouchi.

La construction du centre communautaire du village de Getavan, dans la région de Martakert, a connu le même sort. Le bâtiment scolaire du village Chapar de la région de Martakert. De tels points ont été transformés en bâtiments des centres communautaires des villages de Sarnaghbyur et d'Ukhtadzor. Dans le cas de ces points militaires situés dans des communautés rurales, il est difficile de dire depuis combien de temps ils fonctionnent et continueront de fonctionner. Ainsi, dans le village d'Ukhtadzor en 2023, le bâtiment du centre communautaire était déjà abandonné, les vitres étaient brisées, comme le montre la vidéo prise sur place.

On peut affirmer que les bâtiments des centres culturels et communautaires, des écoles, même s'ils ne sont pas utilisés à des fins militaires, ont été victimes de vandalisme, comme en témoignent les nombreuses vidéos diffusées sur Internet.

Le déploiement d'une position militaire de combat à proximité ou à proximité d'infrastructures civiles, y compris l'utilisation du patrimoine culturel, des structures caritatives, des centres éducatifs, des écoles et des hôpitaux à des fins militaires (abri, armurerie, résidence d'un groupe armé), conformément à la réglementation internationale en matière de La protection des valeurs culturelles et des biens civils en temps de guerre est inadmissible, car elle peut porter gravement atteinte à l'intégrité du patrimoine, comme le prévoit l'article 9 de la Convention de La Haye de 1954.

L'article 6 du Deuxième Protocole de La Haye de 1999 interdit la conversion de biens culturels en biens militaires ou leur utilisation à des fins pouvant les exposer à un risque de destruction ou de dommage.