La mise en œuvre de la décision de justice des Nations unies devrait être une condition préalable à toute coopération entre l’UE et l’Azerbaïdjan. Adjoint CE 

  • by Western Armenia, juillet 25, 2023 in Politique
82 vues

Selon Martin Sonneborn, membre allemand du Parlement européen, la situation créée en Artsakh à la suite du blocage de la route de Berdzor par Bakou est intolérable et inacceptable.

Lors d'une conversation avec le correspondant d'"Armenpress" à Bruxelles, Sonneborn a déclaré : "Bien que le Parlement européen, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe et de nombreux gouvernements aient appelé l'Azerbaïdjan à ouvrir la route de Berdzor, l'Azerbaïdjan continue de resserrer le blocus, ne permettant même pas au Comité international de la Croix-Rouge de fournir une aide humanitaire". L'organe judiciaire de l'ONU, la Cour internationale de justice, a déclaré juridiquement contraignant que Bakou devrait faciliter le transport sans entrave des biens et des personnes par la route de Berdzor. Alors que le Parlement européen a appelé à des sanctions contre les responsables du gouvernement de Bakou s'ils ne se conforment pas à l'ordonnance du tribunal, le président du Conseil européen, Charles Michel, a récemment salué l'offre des autorités de Bakou de fournir une aide humanitaire. C'est un signal désastreux, car Bakou est une fois de plus récompensée pour ne pas avoir respecté le droit international. La mise en œuvre de l'ordonnance contraignante de la Cour internationale de justice devrait être une condition préalable à toute coopération entre l'UE et l'Azerbaïdjan."

Selon le député européen, tant que l'Union européenne ne fait pas pression sur l'Azerbaïdjan pour qu'il se conforme à la décision du tribunal, il est complice de l'agenda inhumain des autorités de Bakou.