Le gouvernement de Bakou expose intentionnellement 120 000 habitants de l’Artsakh à une véritable terreur : Arman Tatoyan 

  • by Western Armenia, juillet 11, 2023 in Politique
84 vues

Nous présentons le message d'Arman Tatoyan, directeur de la Fondation du Centre pour le droit et la justice "Tatoyan", ancien défenseur des droits de l'homme de la République d'Arménie.

Le gouvernement de Bakou a pour objectif d'expulser de force le peuple autochtone d'Artsakh, les Arméniens, de leur patrie et de les soumettre à un nettoyage ethnique. Depuis le 12 décembre de l'année précédente, la catastrophe humanitaire s'est traduite par un blocus total. C'est le 210e jour que les Arméniens d'Artsakh sont coupés du monde. Depuis le 9 janvier, Bakou a complètement arrêté l'approvisionnement en électricité de l'Arménie, et il n'a pas été rétabli à ce jour. Depuis le 21 mars, Bakou a complètement arrêté l'approvisionnement en gaz de l'Arménie vers l'Artsakh, et avant cela, il l'arrêtait et le rétablissait régulièrement. Depuis le 15 juin, toutes sortes d'approvisionnements humanitaires (nourriture, carburant, médicaments, articles d'hygiène, etc.) vers l'Artsakh ont été arrêtés.

À partir du 25 juin, le Comité international de la Croix-Rouge n'effectue que l'approvisionnement en médicaments, et cela aussi avec des restrictions strictes. Dans l'après-midi du 8 juillet, des informations ont été diffusées selon lesquelles l'approvisionnement en gaz de l'Artsakh avait été rétabli, mais à partir de l'après-midi du 9 juillet, l'approvisionnement en gaz a de nouveau été interrompu. De plus, toutes ces politiques sont faites avec l'intention de répandre l'incertitude et l'anxiété parmi les gens. Les résidents ne sont pas en mesure de remplir leurs voitures de carburant, même pour les besoins vitaux minimaux - transport des personnes à l'hôpital, nourriture et autres besoins. Les fabriques de pain ne peuvent même pas fonctionner. 

De cette manière, le gouvernement de Bakou expose délibérément les 120 000 habitants de l'Artsakh à une véritable terreur, crée un état incertain, un sentiment d'anxiété pour la vie et la santé, et un désespoir avec un isolement complet. Il s'agit d'une manifestation naturelle de la politique criminelle de haine et d'hostilité envers les Arméniens du gouvernement de Bakou, des mesures découlant de leurs véritables intentions.