Le Mexique a reconnu le génocide des Arméniens. L’Arménie Occidentale a contré la réaction brutale de la Turquie

  • by Western Armenia, février 11, 2023 in Politique
125 vues

Le 8 février, le Sénat mexicain a adopté un document reconnaissant le génocide commis contre les Arméniens, invoquant la nécessité de protéger les droits humains universels. 

Le Premier ministre de la République d'Arménie, le ministère des Affaires étrangères ainsi que l'Assemblée nationale n'ont pas encore répondu au document adopté par le Sénat mexicain. Il n'y a aucun message à ce sujet sur les sites officiels des départements mentionnés. 

Le ministère turc des Affaires étrangères a condamné la décision du Sénat mexicain, qualifiant sévèrement. En particulier, le ministère turc des Affaires étrangères a qualifié la résolution de "tentative invalide de réécrire l'histoire pour des raisons politiques", une violation de la "Convention des Nations Unies de 1948 pour la prévention et la répression du génocide". "Il est regrettable que cette décision difficile du Sénat mexicain ait coïncidé avec la période où des opérations de recherche et de sauvetage étaient menées pour les victimes du tremblement de terre avec la participation d'équipes mexicaines, ce qui est incompatible avec l'amitié turco-mexicaine. Nous invitons le Sénat mexicain à corriger cette erreur, au lieu de servir l'agenda de certains cercles qui tentent de créer l'hostilité de l'histoire », a déclaré la réponse turque.

Le Président de la République d'Arménie Occidentale, Armenag Aprahamian, apprécie hautement la décision prise par le Sénat du Mexique, notant : "Il s'agit d'une nouvelle tentative de relire l'injustice historique, en se rappelant que les Arméniens autochones ont été génocides et dépossédés dans leur propre patrie, en Arménie Occidentale. Au nom du peuple d'Arménie Occidentale, j'exprime également ma profonde gratitude au peuple amical du Mexique, car ces jours-ci, divers groupes de secours mexicains se trouvent en Arménie Occidentale pour apporter une assistance à la population touchée par le tremblement de terre. Il nous est doublement difficile de travailler dans notre patrie occupée par la Turquie. Il est digne de respect que nos pays amis n'épargnent aucun effort pour sauver la vie de nos citoyens."

matériel source

La commission des relations extérieures Asie-Pacifique-Afrique, présidée par la sénatrice Cora Cecilia Pinedo Alonso, a approuvé un avis demandant au ministère des affaires étrangères de promouvoir une déclaration officielle de l'État mexicain reconnaissant le génocide arménien qui a eu lieu entre 1915 et 1916.

 À la veille de la Première Guerre mondiale, la population arménienne comptait deux millions de personnes dans un Empire ottoman en déclin. En 1922, ils étaient moins de 400 000, les autres, environ 1,5 million, sont morts dans ce que les historiens considèrent presque unanimement comme un génocide. 

Le 24 avril 1915, un jour seulement avant le débarquement allié sur la péninsule turque de Gallipoli pendant la Première Guerre mondiale, les autorités ottomanes, sous les ordres des Jeunes Turcs, le parti au pouvoir en Turquie à l'époque, ont arrêté l'élite intellectuelle et politique de la communauté chrétienne arménienne.

 Les chiffres parlent d'eux-mêmes : environ un million d'Arméniens ont été exterminés par le gouvernement ottoman en 1915. Ce sont les dimensions extraordinaires de ce massacre qui ont inspiré le juriste Raphael Lemkin à inventer le terme "génocide". Cependant, malgré les preuves et la reconnaissance internationale croissante, la Turquie continue de nier que la persécution du peuple arménien était un "acte perpétré dans l'intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux". Sa position officielle reste inchangée : il s'agit d'une tragédie survenue dans un contexte de guerre, justifiée par le soulèvement arménien en alliance avec les Russes, et dans laquelle il y a eu des victimes des deux côtés.

Dans cet avis, les sénateurs soulignent que, malgré les principes fondateurs de la communauté internationale - qui incluent le respect des droits de l'homme, sans discrimination fondée sur la race, le sexe, la langue ou la religion - les discours de haine continuent d'imprégner toutes les sociétés et se manifestent par la xénophobie, le racisme, l'intolérance et la misogynie violente.

 Ils ont souligné que cette reconnaissance constituait un signal d'alarme permanent indiquant que, lorsque la haine devient une arme d'État, "rien n'est impossible ou impensable pour les êtres humains".

 Les sénateurs ont souligné qu'il s'agissait de l'un des plus terribles génocides de l'histoire en termes de nombre de victimes, perpétré par l'Empire ottoman de l'époque entre 1915 et 1916, au cours duquel, malheureusement, environ 1,5 million de personnes ont perdu la vie.

 Ces crimes, ont-ils ajouté, constituent une menace pour la paix, la sécurité et le bien-être du peuple, car ils détruisent totalement ou partiellement un groupe national, ethnique, racial ou religieux.

 En outre, ils constituent une attaque intentionnelle, brutale et inhumaine, sous le prétexte d'une fausse supériorité qui, historiquement, a été utilisée pour couvrir la mort de millions de personnes.

 Ils ont indiqué qu'à ce jour, 31 États ont reconnu le génocide arménien : Argentine, Uruguay, Chypre, États-Unis, Paraguay, Brésil, Russie, Cité du Vatican, Danemark, Canada, Grèce, Liban, Belgique, France, Suède, Italie, Suisse, République tchèque, Portugal, Slovaquie, Pays-Bas, Pologne, Venezuela, Lituanie, Chili, Bolivie, Autriche, Luxembourg, Allemagne et Syrie.   En plus de certains organismes internationaux tels que le Parlement européen et le PARLASUR.

 Par conséquent, conformément aux principes de paix, de solidarité et de respect des droits de l'homme, qui régissent historiquement la politique étrangère de l'État mexicain, ils ont réaffirmé que le pays devait s'associer à cette reconnaissance.