Les scientifiques du Musée-Institut du Génocide étudient les archives de différents pays 

  • by Western Armenia, avril 11, 2024 in Politique
41 vues

Ces derniers mois, le Musée-Institut du Génocide a lancé des études sur les grandes et petites archives de différents pays afin d'activer davantage les activités de recherche scientifique.

Regina Galustyan, Anna Kazaryan, Shushan Khachatryan, chercheuses du Musée-Institut du Génocide contre les Arméniens. 

En Décembre 2023, puis en mars 2024. (Regina Galustyan et Anna Kazarian) ont été envoyées à Tbilissi, la capitale de la Géorgie, pour étudier le placement des réfugiés et des orphelins arméniens dans le Caucase après le génocide des Arméniens, les activités des organisations humanitaires, ainsi que la politique étrangère du Vice-royauté du Caucase, qui est conservé aux Archives nationales de Tbilissi et à la Bibliothèque parlementaire nationale de Géorgie, ainsi qu'à Bakou en 1914-1918, des journaux publiés en langue russe, dont il n'existe pas d'exemplaires en Arménie Orientale, et dans lesquels il pourrait y avoir une référence à n'importe quel épisode du génocide des Arméniens.

  En mars 2024, Narek Poghosyan, chercheur au Musée-Institut du génocide des Arméniens, a été envoyé à New York pour étudier les archives de l'avocat Raphael Lemkin, auteur du terme « génocide », conservées à la succursale principale de la Bibliothèque publique de New York à Manhattan. 

Le chercheur du HCTI a identifié les documents qui sont précieux pour l'avocat en termes d'impact du génocide contre les Arméniens et de la mise en œuvre des études sur le génocide en général. Dans le cadre de son voyage d'affaires, Poghosyan a visité le Centre d'histoire juive de New York et la Bibliothèque de livres et manuscrits rares de l'Université de Columbia, où il a également étudié les collections de Raphael Lemkin.

Les matériaux rassemblés à la suite de ces voyages d'affaires sont d'une importance primordiale pour l'étude des différents épisodes de l'histoire du génocide contre les Arméniens, ils seront développés par les chercheurs du HCTI et seront présentés au grand public à travers des publications scientifiques.