Nous devons parler de nos frontières en Arménie Occidentale, fixées par la sentence arbitrale de Woodrow Wilson 

  • by Western Armenia, avril 20, 2024 in Politique
46 vues

Après la réunion d'aujourd'hui, les commissions de Erevan et de Bakou pour la démarcation de la frontière nationale ont publié un communiqué de presse conjoint dans lequel il est indiqué que le passage de la frontière dans la région de Tavush a été convenu. 

En d’autres termes, les autorités de Erevan cèdent les 4 villages de Tavush à Bakou, justifiant qu’il ne s’agit pas de territoires arméniens. Tout d'abord, il faut noter que selon la loi sur la division territoriale de l'Arménie Orientale, ces zones sont considérées comme faisant partie de la région de Tavush. Et tout changement ne devrait être apporté que par le biais d’un référendum national. Dans le cas contraire, il s’agirait d’un renversement de l’ordre constitutionnel. Et tout changement ne devrait être apporté que par le biais d’un référendum national. 

Deuxièmement, Bakou s’est déclaré successeur de la soi-disant première république démocratique de Bakou, qui n’avait pas de frontières reconnues. En d’autres termes, dans ce cas, cela signifie que même l’Artsakh et le Nakhitchevan n’ont jamais fait partie de l’Azerbaïdjan indépendant. Si nous parlons de la déclaration d’Alma-Ata, il faut également noter que, selon cette déclaration, nous parlons de l’effondrement de l’URSS et de la formation de la CEI. De plus, avant cela, la République arménienne d'Artsakh avait déclaré son indépendance et organisé un référendum, bien avant celle de Bakou. Bakou n'est devenu membre de l’accord d'Alma-Ata qu'en 1993. 

En d’autres termes, il ne peut être question que l’Artsakh fasse partie de Bakou, c’est exclu. Si nous parlons de la question des « enclaves », nous devons comprendre que Bakou ne s’en contentera pas. Et ils n’ont rien à voir avec leurs territoires, ils n’ont ni fondements juridiques ni historiques. 

Ensuite, Bakou aura besoin de passerelles extraterritoriales pour se connecter à ces « enclaves ». Est-ce qu'on reporte la guerre avec ça, non ? La guerre est inévitable, Bakou n’attend que la formation d’une situation militaro-politique. Si nous parlons de la frontière de l'État, nous devrions alors parler de nos frontières de l'Arménie Occidentale, fixées par la sentence arbitrale de Woodrow Wilson.

Notons encore que, selon la loi sur la division territoriale de l'Arménie Orientale, ces zones sont considérées comme faisant partie de la région de Tavush.