Sur la question des Arméniens d’Arménie Occidentale

  • by Western Armenia, mai 11, 2023 in Politique
106 vues

En 1926, les trois articles publiés dans le journal "Yeni Sabah", qui parlent de massacres contre les Arméniens, ont également été traduits par la Société historique ottomane. Et le journal "Yeni Sabah" en 1949,  a entrepris la réimpression de ces articles en novembre, mais a été contraint de s'arrêter en raison de critiques et de plaintes, car le fait que les mémoires appartenaient à Abdul Hamid II a été remis en question.

Cependant, le fait que les mémoires soient réelles peut être conditionné par le fait que des parties séparées des mémoires ont été publiées dans le journal allemand mentionné en 1913, alors que le sultan est décédé en 1918. Dans ce cas, comment expliquer le silence d'Abdul Hamid ? Ces derniers les ont certainement lus et pourraient en nier la paternité.

Différentes approches pour couvrir le personnage d'Abdul Hamid II sont perceptibles dans l'historiographie turque. Les discussions controversées parmi les historiens turcs au sujet de ses mémoires montrent que l'activité d'Abdul Hamid n'a pas été clairement comprise dans les cercles publics et scientifiques. En tout cas, les soupçons sur le sultan en tant qu'auteur ont contribué à la croissance d'un grand intérêt pour eux. 

En étudiant le mémorial en discussion, nous avons essayé d'en présenter les parties importantes et intéressantes du point de vue historiographique, qui concernent notamment la question arménienne et les massacres, la vie et le statut des Arméniens dans l'Empire ottoman, ainsi que que la répression de leurs "émeutes" sur ordre du Sultan.

Les pensées d'Abdul Hamid ont d'abord été écrites par un scribe de la cour nommé Ali Muhsin, mais le travail s'est arrêté pendant le Ramadan et, selon l'ancien sultan, ils ne se sont jamais revus. Ce n'est qu'après un certain temps qu'il apprit par son fils Abdurahim que Muhsin Bey était emprisonné dans le sous-sol du palais. Ayshe Osmanoglu, la fille d'Abdul Hamid, se référant à ce sujet dans ses mémoires, déclare que la raison de l'emprisonnement de Muhsin Bey était d'écrire les mémoires de son père. L'écrivain turc Danishmend écrit que l'une des filles d'Abdul Hamid, Ayshe Sultana, a vu que son père avait remis le manuscrit à l'un des pachas pour publication.

Ismet Bozdagh, présentant l'histoire de la découverte des mémoires du sultan, note qu'en 1944 à l'automne, dans la librairie Bozdagh à Bursa, il acheta les mémoires, sur lesquelles il était presque illisible écrit au crayon qu'elles appartenaient à Abdul Hamid II.