Sur la question des Arméniens d’Arménie Occidentale

  • by Western Armenia, mai 13, 2023 in Politique
139 vues

Abdul Hamid, se référant à la politique de l'État ottoman envers les populations autochtones, en particulier les Arméniens, a noté que le peuple arménien s'est toujours distingué par ses services et sa loyauté envers la civilisation ottomane. 

Cependant, la Russie, en provoquant des émeutes et des soulèvements parmi les Arméniens, visait à créer des problèmes pour la Turquie, car elle ne voulait pas non plus que le peuple arménien accède à l'indépendance et ait un État indépendant. 

Se référant aux massacres, Abdul Hamid tente d'éviter la responsabilité des massacres de chrétiens, en particulier d'Arméniens, et considère le gouvernement russe comme le principal coupable. Il admet que pour mettre fin à la lutte arméno-turque, il a envoyé une armée dirigée par Zeki Pacha et a réprimé les soulèvements à Sassoon, arguant que le but des Arméniens était de provoquer des émeutes parmi la population turque, ce qui pourrait conduire à l'intervention des puissances européennes. 

Accusant les Arméniens, il n'a pas évité la tentative d'assassinat contre lui dans ses mémoires, notant qu'aucun Arménien honnête n'aurait consciemment planifié l'assassinat du sultan. Les mémoires d'Abdul Hamid justifient la répression des soulèvements arméniens en 1894-1896, le massacre, au cours duquel plus de 300 000 Arméniens ont été tués. 

Abdul Hamid a consacré une section distincte à la coopération arméno-jeune-turque, notant que les Jeunes-Turcs, partisans de l'occidentalisation, ont noué des relations sérieuses avec les Arméniens qui voulaient diviser l'empire et créer un État. Blâmant les Jeunes Turcs pour leur coopération avec les Arméniens, les problèmes du pays, la situation tragique et la défaite de l'armée, Abdul Hamid essaie d'ignorer le fait que les problèmes auxquels, est confronté l'État et tous les crimes ultérieurs contre le peuple arménien ont commencé au cours de son règne.