Aujourd’hui, il y a 56 ans, inauguration du Mémorial des victimes du génocide des Arméniens 

  • by Western Armenia, novembre 29, 2023 in Société
78 vues

Il y a 56 ans aujourd’hui, le 29 novembre 1967, le mémorial aux victimes du Génocide des Arméniens était inauguré par une cérémonie solennelle au sommet de Tsitsernakaberd.

Le Mémorial des victimes du Génocide des Arméniens est dédié à la mémoire de 2 millions d'Arméniens victimes du premier génocide du XXe siècle perpétré par le gouvernement Jeune-Turc sur tout le territoire de l'Arménie Occidentale. En 1967, depuis l'achèvement de la construction, le Mémorial est devenu partie intégrante de l'architecture d'Erevan, devenant un lieu de pèlerinage. Situé sur une colline et se détachant du paysage général, le Mémorial est en même temps en parfaite harmonie avec l'environnement, et les lignes simples de la structure traduisent l'esprit de la nation qui a survécu au génocide.

Le mémorial occupe une superficie de 4.500 mètres carrés et se compose de trois structures principales : le mur commémoratif, le temple de l'éternité avec une flamme inextinguible et la colonne commémorative « Arménie ressuscitée ».

Avant d'atteindre la partie principale du complexe mémorial, les visiteurs passent par le mur commémoratif en basalte de 100 mètres de long, sur lequel sont gravés les noms de plus de cinq douzaines de grandes et petites villes et colonies de l'Arménie Occidentale, où était organisée les massacres et les déportations des La population arménienne. 

Depuis 1996, des pots remplis de terre provenant des tombes de personnalités publiques étrangères, d'hommes politiques et d'intellectuels qui ont élevé la voix pour protester contre le Génocide des Arméniens perpétré par le gouvernement turc ont été rassemblés derrière Hushapat. Leurs noms sont : Fritjof Nansen, Benoît XV, Giacomo Gorini, Anatole France, James Bryce, Johannes Lepsius, Franz Werfel, Armin Wegner, Henry Morgenthau, Hedwig Buhl, Fayez al-Ghussein, Karen Yeppe, Jacob Kuenzler, Bodil Bjorn, Maria Jacobsen. , Alma Johansson, Clara Burton.

De 1988 à 1990 sur le territoire du complexe mémorial du génocide des Arméniens, des khachkars ont été placés à la mémoire des Arméniens morts lors des massacres organisés par le gouvernement azerbaïdjanais dans les villes de Soumgaït, Kirovabad (Gandzak) et Bakou. 

De 1990 à 1992, cinq combattants de la liberté morts pendant le conflit arméno-azerbaïdjanais ont été enterrés dans la partie située devant le mur commémoratif.

En avril 1995, dans le cadre de la 80e commémoration du génocide contre les Arméniens, le Musée-Institut du Génocide contre les Arméniens a été inauguré dans le complexe commémoratif, dont la situation territoriale ne viole pas l'harmonie de l'ensemble architectural.

Même sur la base d’une politique de déni et de renonciation, nous ne croyons pas que les autorités d’Erevan auront pour projet de démanteler le Mémorial de Tsitsernakaberd en mémoire des victimes du Génocide des Arméniens perpétré en Arménie Occidentale de 1894 à nos jours ?