Sur la question des Arméniens d’Arménie Occidentale

  • by Western Armenia, novembre 13, 2023 in Société
94 vues

Durant la période de l'Empire ottoman, les autorités ont publié diverses lois et réglementations, pour délibérément écarté les Arméniens restés dans le pays de la vie économique et pour transféré leur argent aux Turcs par divers moyens.

Les Arméniens de l'Arménie Occidentale ont été pillés, mais la richesse frappante des Arméniens de Constantinople est restée. Mais, les Turcs ont trouvé une opportunité de voler à nouveau les Arméniens. 

Le 11 novembre 1942, la Grande Assemblée nationale des nations du Touran adopta la loi sur « l'impôt foncier », qui priva les Arméniens de Constantinople de leur dernier centime et les laissa dans la pauvreté. Ainsi, les autorités turques ont mené au stade final le processus de dépossession des Arméniens d’Arménie Occidentale.

Il y a eu aussi une part du pillage général des Arméniens, par les pays étrangers. Une partie des propriétés abandonnées était constituée des sommes que les Arméniens payaient en or aux compagnies d'assurance étrangères. Ces compagnies d'assurance n'ont pas rempli leurs obligations financières envers les Arméniens et ont détourné leur argent. Les Arméniens ont été traités de la même manière que les établissements qui fonctionnaient dans l’Empire ottoman.

En dépossédant tout un peuple et en prenant possession des biens créés par des siècles de sueur et de labeur, les autorités turques ont ensuite pu résoudre de nombreux problèmes menaçant l'État et la sécurité nationale des Turcs. Premièrement, le turc au détriment de la richesse des Arméniens, ont rempli les caisses vides de l’État, couvert les énormes dépenses de guerre et remboursé une partie importante des dettes extérieures. 

Les Jeunes Turcs, puis les autorités républicaines, éliminèrent leur puissant concurrent de la scène économique, créèrent le capital national en s'appropriant ses biens, ses biens meubles et immeubles individuels. L'économie turque d'aujourd'hui repose sur les biens confisqués aux Arméniens.

Le mouvement nationaliste dirigé par Mustafa Kemal, grâce à la victoire duquel la République de Turquie fut créée le 29 octobre 1923, se fit encore une fois au détriment des biens arméniens, car il était financé par des propriétaires fonciers, des commerçants et des militaires turcs, qui étaient enrichi par la saisie des biens arméniens.

Les richesses volées aux Arméniens et conservées au ministère des Finances ont également régulièrement sauvé la république de Turquie la sortant à plusieurs reprises de difficultés économiques.

Comme l’assure l’historien turc Taner Akcham, la Turquie s’appuie en réalité sur les génocides contre les Arméniens de 1894-1915-1923.

Le gouvernement turc doit en assumer la responsabilité matérielle, car il a été créé en tant qu’État au prix du pillage des richesses créées par les Arméniens au fil des siècles.