Enfants d’Arménie Occidentale: Zhora Grigory Andriasyan

  • by Western Armenia, novembre 06, 2023 in Société
46 vues

Zhora Grigory Andriasyan est né le 11 juin 2002 à Erevan et vivait dans le district de Sar. En 2008, il entre à l'école n°33 du nom de Mikael Nalbandyan. À l'école, Zhora se distinguait par ses capacités, sa gentillesse et son activité sans limites. En 2017, Zhora est entrée au Collège arméno-grec en tant que technologue en bière et en vin. À l'école comme à l'université, Zhora a réussi à jouir d'un grand amour et d'un grand respect, ayant des amis et des connaissances partout.

Laissant la 4ème année universitaire incomplète, Zhora part payer sa dette envers son pays natal. Malgré ses problèmes de santé et ses opérations chirurgicales passées, Zhora ne recule pas devant l'idée d'aller au service et le 13 juillet 2020, il a été enrôlé dans le bataillon d'entraînement du bataillon de mortiers de la région de Hadrut de la République du Haut-Karabakh. . Étant en service depuis seulement 3 mois, Zhora participa aux batailles. Le 27 septembre, les combats commencent tôt le matin. Pendant les combats, Zhora a été assiégée pendant 12 jours, puis grâce à l'ingéniosité du commandant, ils ont pu sortir du siège. Après être sorti du siège, il a réussi à se réfugier dans la maison d'un grand-père du Karabagh. Malgré les événements survenus pendant la guerre, Zhora n'a jamais informé sa famille de son encerclement.

Le 5 novembre, un groupe de 250 soldats a reçu l'ordre de se rendre dans la ville fortifiée de Chouchi pour des combats d'autodéfense. Parmi eux se trouvait Zhora, blessée à la jambe. Ayant la volonté de ne pas accéder aux demandes de ses amis de ne pas les suivre, Zhora se lance dans la bataille sans hésitation avec la noble attitude d'un guerrier. Le groupe parvient à libérer le village de Karintak. Le 7 novembre, les combats les plus chauds commencent à Chouchi, où Zhora, avec le titre d'ami le plus fidèle et de guerrier dévoué, tout en aidant ses amis blessés et en combattant avec altruisme, tombe sous le tir d'un tireur d'élite au combat.

Zhora était aimée de tous. Tout le monde, camarades de classe, proches, se souviennent de lui avec admiration et avec le sourire. Ils se souviennent que Zhora n'a jamais perdu espoir, ni humour, ni optimisme pour la victoire. Zhora était la joie de tous, avec laquelle il se réjouissait toujours en chantant : tout le monde est à nous, ils sont à nous... Il est parti avec la promesse de revenir bientôt, mais il est revenu avec une gloire éternelle.

Zhora a reçu à titre posthume les médailles « Service au combat » et « Pour la défense de la patrie ».

La source du matériel était "Je vais venir" de Lilit Chibukhchyan. Livre "Irapatum".