Enfants de l’Arménie Occidentale. Vladimir Balayan

  • by Western Armenia, mai 23, 2023 in Société
148 vues

"N’économise pas votre temps de préparation, appelez Vladimir, il vous aidera."

C'est ainsi que Leonid Azgaldyan a parlé de Vladimir Balayan, le légendaire commandant de la première guerre d'Artsakh, héros de l'Artsakh.

  Vladimir Balayan est né le 14 février 1958, dans le village de Mokhratagh, région de Martakert en Artsakh, dans une famille d'intellectuels.

Il a servi dans l'armée soviétique, a étudié au Collège technique agricole de Stepanakert, a travaillé comme imprimeur, agronome, et lorsque le mouvement de libération d’Artsakh a commencé, il était dans le département forestier de Martakert, participant à des manifestations pacifiques, mais il s'est vite rendu compte que le problème ne serait pas résolu pacifiquement.

Vladimir Balayan a été l'un des premiers à commencer à rassembler une équipe de partisans volontaires. Au début, il y avait 6-7 personnes, parmi eux se trouvaient ces frères Arthur et Robert. Une base d'entraînement militaire a été établie dans la forêt. Il fallait s'armer, se procurer des armes. Il n'y avait pas d'argent, pas de temps, il fallait se préparer immédiatement... Vladimir a vendu sa voiture, et avec l'argent reçu, ils ont acheté des armes, ils ont également commencé à fabriqué des armes, parmi lesquelles un canon créé par Vladimir très connu, mais ce n'était pas suffisant, il fallait préparer les guerriers.

"Nous n'avons pas besoin de martyrs forcés", a déclaré le commandant, faisant confiance à la conscience de soi, à sa formation, à la foi et à la volonté des volontaires... La priorité était la discipline et un entraînement quotidien cohérent, fumer et boire étaient exclus, ils pratiquaient également les arts martiaux, mettant l'accent sur le caractère moral du soldat, jamais autorisé à utiliser des armes sur des personnes non armées, à se moquer et à traiter le captif avec manque de respect, quiconque n'obéissait pas à l'ordre établi était immédiatement retiré de l'équipe, ce qui équivalait au déshonneur, et être un compagnon d'armes de Vladimir Balayan n'était pas seulement un honneur, mais aussi un objet de défi, un nombre de combattant dénué de sens était une situation troublante. 

Cependant, bientôt les rangs des élus se sont formés.

En 1991, Vladimir Balayan a rencontré Leonid Azgaldyan à Shahumyan en hiver, et les combattants se sont unis. Ils ont créé l '«Armée de libération», formation sans précédent par son niveau de discipline, sa capacité de combat et son savoir-faire.

Jamais un soldat inexpérimenté n'a participé à la bataille, même au moment le plus critique. Il devait passer par une formation militaire, participer à l'entraînement, même pendant les pauses des batailles. L'entraînement était également dirigé par un instructeur –combattant de Paris, aujourd'hui Président de l'Arménie Occidentale, Armenag Abrahamian. 

Le repos était exclu, le but n'était pas de mourir, mais de se battre, de gagner, pour la vie, et pendant toute la lutte, "l'Armée de libération" n'a perdu que quatre combattants, les 5-6e victimes étaient les commandants Balayan et Azgaldyan, qui n'ont jamais ont quitté le champ de bataille et ont toujours occupé des positions d'avant-garde, protégeant et libérant de nombreuses colonies, croyant que bientôt viendra le tour de l'Arménie Occidentale.

Il y avait une atmosphère chaleureuse et amicale et une discipline stricte dans les rangs. Il était strictement interdit aux soldats de consommer à la fois de l'alcool et du tabac. Ils maîtrisaient les arts martiaux (Hay Djampa) et durcissaient constamment leur corps. Même après de dures batailles, ou les jours de batailles, les soldats n'ont pas cessé de s'entraîner. Cependant, la chose la plus importante et la plus caractéristique était la confiance, la foi et l'amour absolus des deux commandants l'un envers l'autre.

Beaucoup ont été surpris par les principes de Vladimir. Lorsque l'ennemi s'est approché de Martakert, la femme, criant d'alarme, a demandé à Vladimir de faire sortir sa famille du village. Mais Vladimir était incassable. "Si j'emmène ma famille... ils diront que le commandant s'enfuit." Et il laissa sa famille au village jusqu'au dernier jour.

L'armée de libération célébrait de brillantes victoires. Participant aux opérations de combat pendant deux ans, il a libéré 24 villages, protégeant toute une région et ne faisant que 4 victimes. Malheureusement, les 5e et 6e étaient les deux commandants eux-mêmes.

Vladimir Balayan a participé à des opérations de combat dans les régions de Martakert, Shahumyan, Askeran, Hadrut et Lachin.

Vladimir Balayan est mort en le 9 juin 1992, dans les tranchées du village de Chaylu, Leonid Azgaldyan est également décédé deux semaines plus tard. Aujourd'hui, le travail de Vladimir est poursuivi par son fils, Alexis Balayan, qui est un volontaire dans la formation de volontaires "Vladimir Balayan".

Journaliste-analyste de Western Armenia TV, Ashkhen Virabyan