Il est nécessaire de prendre des mesures pour mettre fin aux violations des droits des prisonniers de guerre arméniens

  • by Western Armenia, mars 25, 2024 in Société
63 vues

Le Comité pour la protection des droits fondamentaux du peuple d'Artsakh a publié une déclaration concernant la suspension par Bakou des violations des droits des prisonniers de guerre arméniens stipulés par la Convention de Genève.

Il est notamment mentionné dans la déclaration :

"Il est nécessaire de prendre des mesures immédiates pour mettre fin aux violations par Bakou des droits des prisonniers de guerre arméniens stipulés par la Convention de Genève."

Le Comité pour la protection des droits fondamentaux du peuple d'Artsakh est gravement préoccupé par les derniers rapports, qui décrivent en détail les violations flagrantes par Bakou des droits des prisonniers de guerre arméniens, notamment en ce qui concerne le principe fondamental du droit d'être libre de l՛examen public, inscrite dans la Troisième Convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre. Ces actions sont non seulement répréhensibles d’un point de vue moral, mais elles contredisent aussi directement le droit international humanitaire.

L’article 13 de la Troisième Convention de Genève interdit directement aux prisonniers de guerre d’être soumis à un examen public. La diffusion publique de vidéos montrant des prisonniers de guerre à Bakou constitue une violation flagrante de leur droit à la vie privée et à la dignité, conformément à cette convention. L'article 27 de la 4e Convention de Genève interdit également de telles manifestations publiques contre des civils. De plus, ces actions violent la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui affirme le droit à la vie privée et à la protection contre les ingérences arbitraires dans la vie privée, familiale, domestique ou de correspondance.

La diffusion par Bakou d’entretiens mis en scène avec des prisonniers de guerre et des otages arméniens constitue une violation directe de leurs droits et aggrave leur situation déjà difficile. Les tactiques manipulatrices de Bakou portent atteinte à l'intégrité du droit humanitaire international et doivent être condamnées sans condition par la communauté internationale.

Nous sommes prêts à travailler avec la communauté internationale pour éliminer ces violations et assurer la protection des droits de toutes les personnes touchées par le conflit. Nous appelons tous les acteurs étatiques et organisations internationales à continuer d’exiger la libération immédiate et inconditionnelle de tous les Arméniens illégalement détenus à Bakou.

Il est de notre devoir collectif de respecter les principes pertinents des Conventions de Genève et des droits de l'homme, ainsi que de protéger la dignité et le bien-être de tous les prisonniers de guerre et otages illégalement détenus en captivité à Bakou.