La situation actuelle et les défis des Arméniens de Jezire. Ras-ul-Ain 

  • by Western Armenia, mai 31, 2024 in Société
27 vues

Ras ul-Ain est une ville rurale située dans la région nord de la province de Hasicheh, à la frontière de l'Arménie Occidentale occupée par la Turquie. Après le génocide des Arméniens en 1915, elle devint l'un des refuges du peuple arménien, au même titre que Der Zor. L'école maternelle Azg Hahatakats y fonctionnait, ainsi que l'église arménienne St. Hakob, dont la tutelle a été reprise par l'Église sous la direction du Dr Hovhannes Saatjian.

Avant la guerre en Syrie, en 2011, le nombre de familles arméniennes atteignait environ 14, qui s'y sont installées après le génocide et ont mené une vie paisible, certaines comme artisans, d'autres dans l'agriculture et d'autres encore dans la réparation d'outils électriques.

Les femmes étaient des femmes au foyer. Ils s'occupaient de l'éducation arménienne de leurs enfants. Certains enseignaient au Collège National. Un pharmacien nommé Srbun préparait des ordonnances à base de diverses plantes. L'église de Ras ul-Ain avait son propre prêtre dans le passé, mais à mesure que la population diminuait, l'église avait son propre prêtre itinérant, de Hasiche, le pasteur spirituel de l'église de Saint Jean, Ter Mesrop A. Petrosyan, qui a prêché dans cette église pour répondre aux besoins spirituels des habitants.

Plus tard, en raison de la mauvaise santé du père, le pasteur spirituel de Gamishli, le père Tsak Perperyan, lui succéda, à nouveau comme prêtre visiteur. Pendant la guerre syrienne, des groupes terroristes armés ont attaqué et capturé la ville à deux reprises et, dès la première capture, toutes les familles arméniennes ont désespérément fui Ras ul-Ain pour s'installer dans diverses régions de Jezire, certains plus tard à l’étranger. Heureusement, après la première prise et libération de la ville, nous avons eu l'occasion de nous y rendre et d'examiner la situation, nous avons visité le Collège National dont les murs portaient des traces de balles. Remercions le Seigneur car les dégâts étaient en quelque sorte supportables. Ils ont également vu les alentours de l'église, près de l'entrée de laquelle nous avons vu un trou rempli de cailloux : apparemment une mine ou une bombe avait explosé.

Malheureusement, peu de temps après, Ras ul-Ain a été de nouveau occupé par des terroristes turcs en octobre 2019 et reste occupée jusqu'à aujourd'hui. Actuellement, il n’y a aucun résident arménien là-bas, à l’exception de M. Vrej Keshishian, qui vit là-bas de manière altruiste et volontaire, malgré le déménagement de sa femme et de ses enfants à Hasiche. Il a insisté sur le fait qu'il ne pouvait pas vivre en dehors de son lieu de naissance. Il supervise l'église et l'Ecole Nationale, il est en contact permanent avec le vicaire de Jezire, le Père Levon Yeghiayan et les responsables de l'école.