Le chef de l’opposition turque s’oppose au report des élections en raison du tremblement de terre

  • by Western Armenia, février 16, 2023 in Société
118 vues

Une semaine après les tremblements de terre dévastateurs survenus dans la province de Marash le 6 février, des pourparlers ont commencé dans le domaine politique sur le report des élections nationales qui devaient se tenir en mai.

La raison des discussions était la suggestion de reporter les élections faite par Bulent Arynch, membre du parti « Justice et développement » (AKP-AKP) dirigé par le président Recep Erdogan, ancien président du parlement. La proposition de ce dernier de reporter les élections « une seule fois » était justifiée par la nécessité pour les autorités de se concentrer sur l’élimination des conséquences du tremblement de terre.

Le chef du principal parti d’opposition turc « République populaire » (CHP-CHP), Kemal Kılıçdaroğlu, s’est fermement opposé à cette proposition. Ce dernier a qualifié l’éventuel report des élections prévues en mai d’inconstitutionnel, car la loi principale de ce pays ne prévoit un report qu’en cas de guerre.

« La Constitution est très claire, les élections ne peuvent être reportées qu’en cas de guerre. Par conséquent, puisqu’il n’y a pas de guerre, les élections ne peuvent pas être reportées. Personne ne peut créer une norme juridique unique pour lui-même, en faisant des justifications en dehors de la Constitution et des lois. Il y a une Constitution, si nous disons que la Turquie est un État de droit, alors une telle chose ne peut pas être faite », a expliqué Kılıchdaroğlu.

A noter que des élections parlementaires et présidentielles turques sont prévues en mai (14).

Non seulement l’Arménie Occidentale, mais aussi de nombreux experts ont noté que le gouvernement turc  n’investit pas de ressources gouvernementales sérieuses pour atténuer les conséquences du tremblement de terre en Arménie Occidentale, et a occupé à plusieurs reprises certaines zones, ne permettant pas aux groupes de volontaires d’aller apporter de l’aide.

Nous condamnons fermement de telles actions du gouvernement turc et rappelons que l’Arménie Occidentale doit être rendue à son légitime détenteur des droits.