Les Arméniens d’Amasya 

  • by Western Armenia, novembre 01, 2023 in Société
120 vues

Rafael Altnyan (Faruk Altnoglu) est un Arménien vivant à Amasya. Il est né et a grandi à Amasya et travaille comme cordonnier. Il est marié, sa femme est musulmane et bien qu'il se déclare arménien d'esprit, il n'a jamais pu dire librement qu'il est arménien. Le journal d'opposition turc "Artı Gerçek" en parle.

Il convient de noter que Rafael Altynyan est le frère du célèbre personnage arménien de gauche en Turquie, le révolutionnaire Karpis Altynyan (Garbis Altinoglu).

Selon Altynyan, Amasya est sa patrie et il est l'homme de cette terre.

"Mes camarades d'école savaient que j'étais arménien, quand j'ai voulu brandir le drapeau turc, ils ne me l'ont pas permis. Je pense qu'ils ne m'ont pas laissé faire, parce que je suis arménien, je l'ai ressenti. Je suis un patriote, j'aime ma patrie plus que ma vie, c'est ma patrie, je suis aussi une personne de cette terre, le propriétaire de cette terre. L'histoire des ancêtres de mon grand-père remonte aux années 1500", a-t-il déclaré. Après avoir terminé l'école primaire, il a poursuivi ses études au pensionnat Surb Khach Dprevank à Constantinople, mais à cause d'une méningite et de la tuberculose, il a arrêté ses études et est retourné à Amasyia. Lui et Hrant Dink étaient amis d'école. Dans ses mémoires, Altynyan se souvient de Dink comme ceci : "Hrant était un grand type aux cheveux bouclés. J'ai son âge, mais je ne me souviens pas grand-chose de lui. Il y avait des Arméniens de différentes régions de Turquie (Arménie Occidentale occupée)  dans l'école : Hayko était de là, Ohannes Chiroglu était d'Amasya, Hrant Dink était de là.

Mentionnant un autre incident survenu au cours de ses années de service, il dit qu'il a passé son service militaire à Sarigamish, où le sergent l'a battu avec une pelle, et comme il le note : "J'avais l'impression qu'il l'avait fait exprès parce que j'étais arménien."

Altynyan a été attristé par la démolition de leur maison par la municipalité où il est né et a grandi, et la construction d'un lycée religieux sur le campus arménien a causé le plus de tristesse. "Je ne pouvais même pas protéger la tombe de mon grand-père. Je m'en souviens bien. Pendant les vacances, nous allions en groupe sur le chantier de construction de l'école Imam Hatip. Personne ne m'a appelé pour me poser des questions à ce sujet. J'ai dû enterrer ma mère au cimetière turc et si j'en avais l'occasion, je l'enterrerais au cimetière arménien."

"Quand ils découvreront que je suis arménien, beaucoup de gens me quitteront et mon seul souhait est de pouvoir parler librement de mon identité. Quand on me demande d'où je viens, je donne toujours des réponses évasives, je ne veux pas révéler ma nationalité à tout le monde car cela pourrait ne pas plaire à certaines personnes. Je n'ai pas choisi d'être Arménien, mais je suis fier de l'être », déclare Altynyan. En plus de ses paroles, Altynyan dit : "Je suis partisan de la paix, de la démocratie et de la liberté. Tout le monde devrait m’accepter tel que je suis, ne pas m’aliéner ou me traiter avec hostilité. Je veux que tous les membres de cette société aient les mêmes droit, les droits de personne ne devraient être violés et chacun devrait vivre en paix. Je suis un vrai citoyen de ce pays. Je ne veux pas me sentir étranger dans mon propre pays. 

Beaucoup de gens autour de moi me disent "tu es un immigré", je ris et passe. Je suis un véritable enfant d'Amasya, mais à l'intérieur je vis une vie d'immigré. J’ai accepté tout le monde tel qu’il était et je n’ai fait de discrimination envers personne. Cependant, on ne me montre pas le respect et la tolérance dont je fais preuve envers cette société. 

Beaucoup de gens m’ont tourné le dos lorsqu’ils ont découvert que j’étais arménien. »