Les Arméniens du Djavakhk soutiennent l’Artsakh en disant « Artsakh, nous sommes à tes côtés »

  • by Western Armenia, mars 24, 2023 in Société
128 vues

Dans la ville d’Akhalkalak au Djavakhk, les membres de l’organisation « Zori Zoryan » et l’organisation des jeunes du Javakhk ont ​​organisé une marche de soutien aux Arméniens d’origine d’Artsakh. Selon des informations, les membres du syndicat « Zori Zoryan » ont également envoyé une lettre au député arménien de l’Assemblée nationale de Géorgie, Samvel Manukyan.

Les participants de la marche à Akhalkalak avec des drapeaux arméniens et géorgiens, des banderoles avec les mots « Ouvrez le chemin de vie de l’Artsakh », « Artsakh, nous sommes à vos côtés », « Artsakh, assiégé pendant 100 jours », « Le siège de l’Artsakh mène au génocide » en arménien et en géorgien, a d’abord quitté le centre de jeunesse, vers l’hôtel de ville, puis vers la cour de l’église Sainte-Croix.

Dans la lettre adressée à Samvel Manukyan, membre arménien du Parlement de Géorgie, il est spécifiquement écrit :

  « Il y a une catastrophe humanitaire en Artsakh. Dans les conditions géopolitiques complexes actuelles, lorsque les superpuissances sont engagées dans le commerce politique, pour leurs propres intérêts, même la décision de la Cour internationale de La Haye du 22 février de cette année est ignorée.

Malheureusement, nous sommes confrontés à la réalité alors que l’Azerbaïdjan ignore généralement cette décision et que les superpuissances et les organisations internationales refusent de faire pression sur l’Azerbaïdjan.

Monsieur Manukyan, compte tenu du fait que la Géorgie et l’Azerbaïdjan entretiennent des relations de voisinage, nous vous demandons de soulever la question susmentionnée avec le gouvernement de notre pays, la Géorgie, et dans la mesure du possible, afin que, par des négociations et une médiation avec l’Azerbaïdjan, un catastrophe humanitaire, comme celle de 2021, est évitée en juin, lorsque 15 prisonniers de guerre arméniens ont été libérés des prisons de Bakou grâce à la médiation du Premier ministre géorgien Irakli Garibashvili.