Les Arméniens islamisés (huitième partie)

  • by Western Armenia, mars 03, 2023 in Société
114 vues

Diverses observations et faits nous permettent d'affirmer que parmi les Arméniens islamisés d'Arménie Occidentale et leurs descendants, il existe une couche qui, malgré ses racines arméniennes, non seulement la nie, mais essaie également de prouver à l'environnement qu'ils sont de "purs Turcs", ou musulmans, devenant nettement anti-arméniens.

L'aspect psychologique est aussi certainement là. La plupart d'entre eux considèrent psychologiquement la part des Arméniens comme leur ennemi, qui, contrairement à eux, a réussi à rester fidèle à ses racines et les déclare comme l'ennemi numéro un. L'attitude enracinée dans l'État turc envers les Arméniens, selon laquelle ils sont perçus comme une nation ennemie, et ils ne veulent pas psychologiquement appartenir à la nation ennemie, doit également être considérée comme une condition importante pour la manifestation de l'anti-arménianisme par ceux d'origine arménienne. C'est pourquoi ils choisissent souvent la voie de l'éloignement de la nation dirigeante. Se référant au problème, l'ethnographe Harutyun Marutyan a exprimé l'opinion suivante.

"Les publications de presse, les pressions directes et indirectes de nature politique ou économique peuvent aussi apporter des résultats inverses, lorsque les gens, en essayant de se débarrasser des étiquettes qui leur sont attribuées, changent leur environnement, coupent les derniers liens avec leurs proches, les parents également et, en En fait, commencez à assimiler, la voie du processus d'assimilation. De plus, ici aussi, de nombreux facteurs accélèrent ou ralentissent ces processus."

Diverses sources attribuent des origines arméniennes ou du moins pas «pures turques» à d'éminents nationalistes turcs. Parmi des exemples similaires, nous voudrions aborder la question des racines arméniennes de l'un des ardents anti-arméniens de l'État turc, le président du Parti travailliste, Dogu Perincek. Rappelons qu'il est l'un des combattants actifs contre la reconnaissance internationale du génocide commis contre les Arméniens, qui a également été condamné en Suisse pour avoir nié le génocide (dont il a fait appel).

Certains milieux turcs firent grand bruit et appelèrent Perincek "le conquérant de Lausanne". Le président nationaliste du Parti travailliste décrit le fait du génocide contre les Arméniens comme un "mensonge impérialiste". Son fils marche également dans ses pas, qui est aussi un instrument de lutte contre la reconnaissance des pogroms arméniens. Il n'est pas superflu de mentionner qu'actuellement Dogu Perincek est arrêté dans l'affaire de l'organisation terroriste "Ergenecon", qui a fait sensation en Arménie occidentale. Selon diverses sources turques, Dogu Perincek est originaire du village d'Apcagha de la province d'Eghin (Akn) de Yerznka. Il n'est pas superflu de mentionner que la province d'Akn est particulièrement célèbre pour l'abondance de convertis d'origine arménienne, et des sources historiques confirment qu'avant même 1915, elle était majoritairement habitée par des chrétiens, principalement des Arméniens et des Grecs.

  Cependant, le magazine turc "Chronical" a présenté des faits plus approfondis, complets et, surtout, sérieux sur l'origine de Perincek. Il est particulièrement intéressant de noter que l'article publié dans la revue susmentionnée cite des documents d'archives, c'est-à-dire des archives judiciaires ottomanes, qui fournissent des données sur l'image démographique, sociale, économique, religieuse et ethnique d'une région donnée. Ils documentent qu'à la fin du 19e et au début du 20e siècle, il y avait une forte présence arménienne dans la région, la plupart d'entre eux étaient des artisans. Il y avait surtout beaucoup d'Arméniens dans la ville rurale d'Akn, un grand nombre d'Arméniens vivaient également dans des villages subordonnés à Akn : Kemer-gab, Apchagha, Ilyich, etc. Le village spécifique d'Apchagha, d'où est originaire le nationaliste Perinchek, était un village avec une population majoritairement arménienne. Le chef du village et les membres du conseil du village étaient des Arméniens.

Même leurs noms sont conservés dans les archives judiciaires, par exemple : Kirkor fils de Jacob, Kirkor fils d'Artin, etc. Comme mentionné dans l'article mentionné, un schéma assez répandu et en même temps surprenant a été remarqué parmi les Arméniens d'Akn, c'est-à-dire qu'ils avaient tous des noms de famille (à titre de comparaison, notons que la loi sur les noms de famille de l'État turc n'a été mise en circulation qu'en 1934, et après cela, les Turcs ont commencé à porter des noms de famille), mais il est surprenant que la plupart d'entre eux aient été composé de noms turcs - Muratoğlu , Deghirmengioglu, Chilingiroglu, Ayvazoglu, Perinchoglu, etc.

Mais les archives judiciaires ont enregistré un autre détail et une autre caractéristique intéressantes, bien que presque tous portaient des noms de famille turcs, ils portaient exclusivement des noms de personnes arméniens, et porter des noms de personnes turcs ou étrangers était considéré comme une exception.

Encore une fois, il est enregistré dans les archives judiciaires que les Perinchoglou étaient tous des Arméniens, il y a même des affaires judiciaires avec leur participation, où, par exemple, il est indiqué : "Perinchoglou Stepan et Khachatur du millet arménien (nation)". Le père du grand-père de Dogu Perincek, Mehmet Sadik Perincek, est né dans le village d'Apcagha en 1850, et son fils Mehmet Cemal Perincek est également né dans le même village en 1887.

Cependant, comme on peut le voir, leurs noms personnels ne sont pas arméniens et, en fait, la caractéristique susmentionnée est violée. Cela pourrait peut-être être interprété comme une exception, mais encore une fois, les faits conservés dans les archives judiciaires éclairent à la fois cette question et d'autres. Ainsi, il est enregistré dans les archives de la cour ottomane que Mehmet Sadık Perinçoğlu est un "muhtedi", et muhtedi signifie un converti. Autrement dit, il s'avère qu'il s'est converti à l'islam dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais pour quelles raisons, on ne le dit pas. Cela montre aussi que la politique d'islamisation avec ses hauts et ses bas s'est poursuivie tout au long de l'existence de l'État ottoman. Dogu Perincek est le descendant de cet Arménien islamisé, et son origine arménienne a eu l'effet inverse et l'a poussé à choisir la voie du nationalisme.

Cependant, même cette circonstance ne les "libère" pas du danger d'être accusés par la société turque d'être d'origine non turque. Bagrat Esdukyan, journaliste du journal "Agos", écrit à ce sujet.

  « Maintenant que devrions-nous dire aux traîtres ? Pourquoi nationalistes, y compris pour les nationalistes ? Vous pouvez voir que la mémoire de la congrégation ne le permettait pas. Il tire et démasque le voile caché du visage du nationaliste et révèle ce qu'il a fui toute sa vie."

À suivre...

Ashken Virabian