Les Arméniens islamisés (Sixième partie)

  • by Western Armenia, février 28, 2023 in Société
181 vues

Le génocide contre les Arméniens a causé non seulement l'extermination d'Arméniens, l'islamisation forcée de milliers de personnes, mais aussi de nombreuses tragédies personnelles et familiales. L'instinct d'auto-préservation et de survie a poussé les Arméniens à des étapes incroyables. L'un des nombreux exemples est l'histoire de la légende arménienne nommée "La tribu Arménienne de Varto", qui a réussi à survivre dans les conditions les plus difficiles, et le fait de son existence n'a même pas été connu pendant des décennies.

Durant les massacres des Arméniens, la tribu arménienne de Varto vivant dans la province de Jizre, qui était nombreuse et riche, a également été exilée. Attaquées en chemin, cinq familles de la tribu s'enfuient et trouvent refuge dans la célèbre montagne de Jude. L'une des familles s'appelait "Mala Varto", c'est-à-dire la maison de Varto. La tribu qui s'est réfugiée sur la montagne y a vécu isolée du monde extérieur pendant environ 25 ans, ne sachant pas ce qui s'est passé en Arménie Occidentale et dans le monde en général pendant ces années. Ils ne savaient même pas qu’une République de Turquie et une Arménie Occidentale avaient été formées à la place de l'Empire ottoman effondré. La tribu s'est engagée dans l'élevage et s'est multipliée exclusivement par des mariages internes.

Après près de trois décennies de destruction, seule la tribu arménienne a osé descendre de la montagne et a été témoin de la reprise de leurs anciennes terres par les Kurdes. Peu à peu, la tribu de Varto a adopté le mode de vie kurde, portait des costumes kurdes et parlait kurde, mais avec tout cela, ils ont strictement préservé le caractère fermé de la vie tribale, en particulier les mariages internes, ce qui permettait au moins de ne pas assimiler ethniquement avec les Kurdes. Il est intéressant de noter que les Arméniens de langue kurde, selon diverses sources, étaient extrêmement religieux et essayaient de préserver et de perpétuer les coutumes chrétiennes de toutes les manières possibles.

Bien que les Arméniens de la tribu de Varto de langue kurde ne se souvenaient que de quelques mots dans leur langue maternelle et priaient même en kurde, ils invitaient lors des mariages des prêtres assyriens, nestoriens et chaldéens des villages voisins, qui célébraient la cérémonie chrétienne de la couronne. Les Arméniens de langue kurde, ayant vécu durant des décennies dans les montagnes, dans des conditions inhumaines, puis dans l'environnement kurde, ont conservé leur conscience ethnique et ont clairement conscience de leur différence avec les Kurdes environnants.

Des décennies plus tard, le fait de l'existence de la tribu de Varto est également devenu connu dans la communauté arménienne de Constantinople, et le prêtre Hrant Guzelian a rendu visite au chef de la tribu Siyament Yaghbasan. Après une longue pause, ce fut la première rencontre des Arméniens survivants avec un ecclésiastique arménien. Grâce à sa visite, la tribu arménienne a appris qu'il y avait des Arméniens chrétiens en Arménie Occidentale à côté d'eux. Le prêtre Güzelyan a également suggéré au chef tribal Siyament d'envoyer les enfants de la tribu pour étudier à Constantinople, où ils recevraient une éducation arméno-chrétienne. Siyament Yaghbasan, le chef de la tribu de Varto, avait 13 enfants, qui se trouvaient dans une situation difficile après la mort de sa femme, Delal. De plus, comme nous l'avons mentionné, la tribu de Varto était extrêmement religieuse, même les enfants portaient souvent le nom des noms trouvés dans le Livre Saint, et la proposition du pasteur arménien concernant l'éducation des enfants a été acceptée avec beaucoup d'amour.

Le chef tribal Yaghbasan a été le premier à donner l'exemple à ses compatriotes et a accepté d'envoyer la fillette de 9 ans, Rakel, à Constantinople. D'autres membres de la tribu ont suivi cet exemple et environ 25 enfants de langue kurde ont été envoyés à l'orphelinat arménien de Tuzla. Rakel, la fille qui est allée à Constantinople pour apprendre sa langue maternelle et revenir à ses racines, devient plus tard l'épouse de Hrant Dink. Dans l'orphelinat, les enfants de la tribu de Varto reçoivent une éducation complète, cependant, au début, une atmosphère d’aliénation et d'éloignement s'est formée entre eux et les autres enfants arméniens de l'orphelinat, ce qui, naturellement, était également lié à leurs différences culturelles.

Après avoir terminé leurs études à l'orphelinat, les 25 enfants de la tribu Varto ne veulent pas retourner au village, et l'ashiret, dirigé par le chef de tribu Siyament, décide de déménager à Constantinople. Probablement, les affrontements continus entre les Arméniens de la tribu Varto et les Kurdes, dont les terres ont été confisquées, ainsi que les conditions défavorables à la préservation de l'identité nationale-religieuse, ont probablement joué un rôle important dans cette affaire.

Ainsi, en 1978, une tribu arménienne de Varto d'environ 500 personnes s'installe à Constantinople. La communauté arménienne les soutient et, grâce aux efforts du patriarcat et des hommes d'affaires arméniens, ils obtiennent des emplois. Il est à noter que même à Constantinople, la tribu de Varto ne change pas les coutumes du clan, y compris les mariages internes. Cela s'exprime également lorsque Hrant Dink exprime son désir d'épouser Raquel, qu'il connaît depuis l'orphelinat. Les jeunes hommes de la tribu Varto menacent Dink et exigent de renoncer à cette idée.

La question n'a été réglée qu'avec l'intervention du patriarche arménien Shronkh Galustyan. Il veut personnellement la main de la fille du chef tribal Siyament, et l'Arménien religieux ne peut pas refuser à l'ecclésiastique de haut rang.

Au début des années 80, l'atmosphère d'hostilité et de persécution contre les minorités ethniques et religieuses en Arménie Occidentale s'est réchauffée, ce qui a été plus prononcé contre les Arméniens, également en lien avec les actions de l'ASALA.

La vague de persécution qui s'intensifie de jour en jour oblige la tribu de Varto, comme d'autres Arméniens, à repenser à la préservation de leur existence. Finalement, le chef Siyament Yaghbasan décide que la tribu doit déménager en Belgique, et la décision du chef s'impose à tous. Il est remarquable que même en Europe ils aient conservé les coutumes tribales.

  Il est également assez intéressant de noter que la tribu de Varto se bat depuis des années contre les Kurdes qui ont envahi leurs terres et que les procès sont toujours en cours. Comme le note Raquel Dink, son père, le chef tribal Siyament, en 2004. Sur son lit de mort à Bruxelles, il a exigé que les enfants continuent à poursuivre la restitution de leurs terres.

Il est également assez intéressant de noter que la tribu de Varto se bat depuis des années contre les Kurdes qui ont envahi leurs terres et que les procès sont toujours en cours. Comme le note Raquel Dink, son père, le chef tribal Siyament, en 2004. Sur son lit de mort à Bruxelles, il a exigé que les enfants continuent à poursuivre la restitution de leurs terres.

 Le fait non seulement de l'existence de la tribu arménienne de Varto, mais aussi de la préservation et de la continuation de la conscience de soi ethnico-religieuse donne lieu de réfléchir une fois de plus à l'importance de l'environnement entourant les Arméniens à différents niveaux d'assimilation.

Si Rakel Yaghbasan était restée dans un environnement entouré de Kurdes, elle serait au mieux devenue une Arménienne de langue kurde avec un mode de vie et une culture majoritairement kurdes, grâce au caractère fermé de la vie de la tribu. Sous l'influence du milieu arménien, elle a pu retrouver pleinement ses racines et devenir une femme arménienne, une mère arménienne, Raquel Dink.

Des milliers d'Arméniens comme lui sont actuellement de langue kurde, kurdisés ou turquifiés en raison de leur environnement et des conditions qui les entourent.

À suivre...

Ashkhen Virabyan, journaliste et analyste de Western Armenia TV