« Les soldats de la paix russes, sachant qu’il y avait des survivants à Shosh, n’ont pas permis aux équipes de recherche d’entrer » 

  • by Western Armenia, janvier 12, 2024 in Société
59 vues

Dans une conversation avec MediaHub, le chef de la communauté Shosh d'Artsakh, Erik Abrahamyan, a donné des détails sur l'attaque du 19 septembre contre Bakou et l'évacuation de la population du village. Nous en présentons une partie.

"Dans la soirée, des soldats de la paix russes sont arrivés à bord d'un véhicule blindé de transport de troupes. J'ai demandé : « pourquoi n'es-tu pas venu en bus, il faut que les gens descendent, la situation empire », la réponse n'a pas été satisfaisante : « nous y allons, vous nous suivez ». J'ai dit : Comment pouvez-vous imaginer, nous parlons de gens, il y a des enfants, des personnes âgées, des femmes enceintes, comment vont marcher 600 personnes au total ? Il a appelé le chef de leur quartier général et m'a passé le téléphone. Il dit d'un ton autoritaire : "Soit vous remettez les armes que vous possédez, soit vous obéissez à nos ordres, soit vous êtes responsable du sort de tant de personnes." J'ai été confronté à un dilemme : rendons les armes, comment allons-nous aider nos garçons", se souvient Erik Abrahamyan.

Quoi qu'il en soit, la décision a été difficile, car les Azerbaïdjanais étaient déjà proches des maisons de Shosh et tiraient partout, ils brûlaient les appartements dans les banlieues et il fallait secourir les habitants. Le village a été évacué. Les soldats de la paix ont escorté les Arméniens de Shosh jusqu'à leur point de contrôle.

"La nuit, lorsque nous sommes arrivés à Stepanakert, nous avons réalisé que 3 personnes manquaient à l'appel, ce sont des personnes âgées, elles sont restées dans le village à cause de l'inattention de leurs proches, il y avait des opinions contradictoires sur une personne supplémentaire, l'un a dit : « il est sorti », l'autre a dit : « il est reparti ». Le lendemain, nous avons découvert que 4 personnes manquaient à l'appel. Après le cessez-le-feu, j'ai commencé à participer aux opérations de recherche avec les sauveteurs. Les soldats de la paix russes, sachant qu'il y avait des survivants âgés dans le village, n'ont pas permis aux équipes de recherche d'entrer dans Shosh pendant plusieurs jours", a déclaré Erik Abrahamyan.