L’Identité arménienne : Le Dersim (Première partie)

  • by Western Armenia, mars 10, 2023 in Société
277 vues

Western Armenia TV aborde les problèmes des Arméniens alévis/arévis du Dersim, qui ont été contraints de cacher leurs origines tout au long du XXe siècle. Le processus lent et continu d’aléviisation qui a commencé au XIXe siècle s’est accéléré au XXe siècle avec les pogroms d’Eghern de 1915 et de Dersim de 1938, à la suite desquels la différence entre Arméniens et Alévis/Arévis a presque disparu. Or, être « arménien » au Dersim signifie exclusivement un souvenir d’origine arménienne.

Au début du XXe siècle, les Arméniens du Dersim, selon les témoignages de divers auteurs, représentaient environ un tiers de la population. A l’intérieur du Dersim, ils s’appelaient « Armani » et eux-mêmes « Arméniens ».

 Dans notre époque contemporaine, les caractéristiques extérieures de l’identité arménienne étaient le christianisme, la langue arménienne, les noms arméniens, certains rituels folkloriques, certaines différences dans les vêtements et la nourriture. Les Arméniens étaient traditionnellement plus alphabétisés, dans de nombreux villages il y avait encore des églises avec des écoles paroissiales qui leur étaient rattachées, elles étaient liées au Patriarcat arménien de Constantinople et aux presbytères de Yerznka et Kharberd. En d’autres termes, les Arméniens avaient d’une manière ou d’une autre des institutions nationales, et malgré l’éparpillement de la vie au Dersim, leur vie nationale était généralement organisée : éducation, vacances, pèlerinages, échelle hiérarchique sociale interne. Ils étaient, cependant, essentiellement la couche sociale la plus basse du Dersim et ne participaient pas réellement aux luttes internes pour les ressources du Dersim. 

Habituellement, les biens des Arméniens étaient faciles à détourner, car à Dersim, le vol était considéré comme faisant partie des moyens de subsistance, il n’était pas condamné et les Arméniens n’étaient pas inclus dans le mode de vie du vol. La plupart des Arméniens ont également essayé de ne pas s’impliquer dans la résistance aux tentatives périodiques de l’Empire ottoman de subjuguer le Dersim. Seuls les Arméniens activement impliqués dans les opérations d’autodéfense du Dersim contre les attaques ottomanes ont été invités aux discussions des chefs tribaux (dirigeants), et ils étaient peu nombreux. La plus célèbre était la famille Mirakian, que Dersim comprenait comme un Ashiret (une Tribu).

Au 19ème siècle, au cours de cette période, pour diverses raisons, certains Arméniens ont émigré du Dersim, certains se sont déplacés vers les Alévis/Arévis, et leur nombre a progressivement diminué. Il y avait aussi des Arméniens sunnites-kurdes. La conversion ne concernait généralement pas des individus, mais des colonies entières, principalement des villages. Les Arméniens alévisants et sunnitisants ont été rapidement incorporés dans les couches sociales respectives au sein du Dersim, au sein de l’un ou l’autre ashiret. Cependant, avant le XIXe siècle, les conversions étaient plus massives et, selon les matériaux, les anciens Arméniens formaient parfois des ashirets séparés et, suivant les règles internes du Dersim, prenaient place parmi les autres ashirets par la force des armes. La conversion massive des Arméniens a commencé au moins aux XVIIe et XIXe siècles. atteint un point où non seulement il était difficile de faire la distinction entre les Arméniens et les Alévis/Arévis, mais la vie socioculturelle des Alévis/Arévis était largement similaire à celle des Arméniens.

Une grande partie de la population appelée Alevi/Arevi se souvenait parfaitement de ses origines arméniennes, de plus, ils avaient toujours des liens ininterrompus avec leurs parents arméniens restants. Parfois une partie d’une même lignée était considérée comme alévie, l’autre partie arménienne. « Mon grand-père racontait que l’oncle de son arrière-grand-père était parfois l’abbé du monastère Saint-Karapet à Havlor », « … nos ancêtres étaient aussi des Arméniens, même mes cousins… bien qu’ils parlent alévi, ils gardent leur nationalité origine », Ter Ovan  » Les habitants kurdes du village ne se sont jamais reniés (arméniens). Les observations et les archives des Arméniens écrivant sur le Dersim prouvent que l’histoire de leur aléviisation par les Arméniens dans le passé était fermement enracinée dans les souvenirs d’au moins certains des Alévis/Arévis du Dersim. Par exemple, Andranik écrit que « la plupart, sinon la totalité, des habitants de Dersim croient que leurs ancêtres sont des Arméniens ».

Le processus lent et à long terme d’alévisation des Arméniens a conduit au fait qu’au Dersim, les Arméniens et les Alévis/Arévis avaient de grands points communs. Les Arméniens alévis ont continué de nombreux rites préchrétiens et même chrétiens, de nombreux éléments chrétiens et purs arméniens ont été synthétisés dans l ‘« alévisme » dersimien. Dans les traditions orales alévies, le passé généalogique et socio-religieux des Arméniens et des Alévis du Dersim est résumé. La plupart des acteurs des « masalas » – histoires – du Dersim Alevi – sont le « keshish arménien » local et le nouveau venu « baba ».

S. Gevorg (« Hazret Ilias », « Khedir Elia »), S. Sargis (« Hazreti Khedir »), « Ana Fatima » qui a hérité des fonctions de la Déesse Anahit et des anciens sanctuaires d’Anahit, voire Mesrop Mashtots (« Masrup « ), etc. qui ont divers rôles dans le passé historique du peuple Dersim. 

Selon l’étymologie populaire, le mot Dersim lui-même remonte au XVIIe siècle. Il est dérivé du nom de Ter Simon (Tersimon, Dersimon), un prêtre arménien qui a été éclairé au début. Le monastère arménien de Saint Karapet de Halvor, « qui est le seul monastère vivant du Dersim », était d’une grande importance pour « les Arméniens de Tersim et du Ghizlbash … Lui, Saint Karapet de Havlor, est pour tout, et tout est pour lui. Tous, Arméniens et Kurdes, l’adoreront de manière égale et une ou deux fois par an, ils feront vœu à Mestag avec des offrandes et des sacrifices de tous les côtés du Dersim. » Tenant compte du lien du kzlbash avec les monuments chrétiens et les églises existantes, Andranik écrit: « La foi des habitants de Dersim est plus forte que celle des Arméniens », « Les Kurdes ont plus de foi que les Arméniens ».

Sans aborder l’hypothèse selon laquelle l’origine des Alévis/Arévis du Dersim serait arménienne en général, confirmons seulement que tant les Alévis que les Arméniens chrétiens considéraient qu’une partie importante des Alévis-Kzlbash du Dersim étaient d’origine arménienne.

Même si ces niveaux d’aleviisation des Arméniens étaient le résultat d’une perception subjective, ils auraient sûrement dû alarmer les autorités avec des programmes anti-arméniens quant à une éventuelle union politique arméno-alévie. Lors des pogroms arméniens perpétrés par les escouades armées sunnites-kurdes « Hamidieh » dans les années 1890, un certain nombre de tribus alévies-kzlbash du Dersim, considérées comme des « Kurdes », ont pris une position anti-sunnite et n’ont pas participé aux massacres d’Arméniens .

À suivre…

Journaliste-analyste de Western Armenia TV, Ashkhen Virabyan