L’identité arménienne : Le Dersim (Troisième partie)

  • by Western Armenia, mars 14, 2023 in Société
207 vues

Le débat en cours sur l’identité divise la communauté alévie-arévie opprimée, qui s’appuie sur le slogan « biri olalım, iri olalım, diri olalım » (soyons ensemble, soyons forts, soyons vivants).

Il y a au moins quatre points de vue opposés qui ont été débattus. Les tenants du nationalisme turc le plus radical, comme Halachoglu, cherchent à prouver que les Alévis du Dersim sont des « Turkmènes kurdes », les représentants du Patriarcat arménien, conduits par l’archevêque Aram Ateshyan, déclarent qu’ils sont des « Arméniens convertis », pour les Kurdes nationalistes, les habitants du Dersim font partie de la nation kurde qui lutte pour son droit à l’indépendance et à l’autonomie. Il y a aussi la tendance « Zaza », comme le mentionne Mme Kharatyan dans son article, qui attribue des traits ethniques et nationaux aux Alévis du Dersim.

En fait, aucune de ces thèses n’est suffisante pour étudier avec précision l’histoire du Dersim. Au fil des siècles, le Dersim a été une zone de métissage, où est née la population alévie-arevie, qui est une synthèse originale d’origines ethniques diverses : Arméniens, Dailamites iraniens, Kurdes et Turkmènes.

Les Alévis-Arévis, qui dans l’Empire ottoman s’appelaient Kizylbash, même avec des mots insultants: allumeurs de bougies (terah sondaran), apostats ou infidèles (zindik, rafizi), étaient subordonnés aux Chrisoniens, car ils n’étaient pas « protégés » par le statut de millet et ne jouissait pas du statut de dhimmi (non musulman). Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les autorités ottomanes ont commencé à compter les Alevis-Arévis comme des « musulmans », sur la base des objectifs de propagande consistant à réduire le poids des sujets chrétiens de l’empire et à les impliquer idéologiquement dans la défense de le « djihad contre les chrétiens ». L’excellente étude de Markus Dressler « Writing Religion, the making of Turkish Alevi Islam » est la meilleure étude pour mieux comprendre ce phénomène.

En fait, les différents noms donnés à cette population sont souvent d’origine persane et étroitement liés à la nature non musulmane des Alévis. Matti Musa affirme que les Arméniens les appelaient « Têtes Rouges », une traduction littérale de Kizlbash, mais le terme avait en même temps un sens persan. Il en était de même dans la terminologie ottomane. « En fait, on peut affirmer que le terme ‘zindik’ (pèlerin, incroyant) a des associations directes avec les zoroastriens, les mazdakiens et les manichéens. Dans l’histoire de l’Islam, les mouvements Zendeka originaux sont des groupes d’origine persane qui maintiennent leurs systèmes religieux pré-iraniens sous une apparence islamique.

Sous le règne de Shah Ismail (XVIe siècle), après la pénétration massive du mouvement Kizlbash en Anatolie, un nouveau mot a commencé à être utilisé : « Tat ». « Un autre groupe d’origine inconnue, dont au moins une partie est classée parmi les Alévis d’Anatolie, sont les Tats, qui ont également été ouvertement condamnés dans les documents ottomans. En Turquie à cette époque, ce nom était utilisé dans le sens d' »étranger » mais aussi d' »iranien ».

Enfin, un grand nombre de Arévs-Alevis, en particulier au Dersim, croient sincèrement qu’ils sont originaires d’une province appelée Khorasan à la frontière centrasiatique de la Perse. Cette patrie mythique n’appartient pas aux Alévis, dont certains sont originaires d’Anatolie, et certains viennent de Gilan et Dailaman ou de Kermanshah dans l’ouest de l’Iran. Le Khorasan en question n’est pas géographique, mais littéraire, c’est-à-dire que, comme l’expriment les auteurs arabes, c’est le « Pays du Soleil Levant », qui désigne les territoires restés fidèles aux anciennes croyances de la Perse préislamique. En plus de cette caractérisation figurative, Khorasan était également historiquement le site de la colonisation forcée de Qizlbash de Dersim par les intérêts safavides de l’Iran, qui ont utilisé ces derniers au début du XVIIe siècle comme raids contre les Ouzbeks sunnites tentant d’envahir la Perse. Selon l’historien Mehmet Bayrak, environ 60 000 Kizilbash ont été déplacés vers le nord-est de l’Iran, certains s’y sont installés, l’autre partie est revenue au Dersim après environ 30 ans.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, chez les Alevi-Arévis du Dersim, une identité collective existait sous la forme de l’identité Kizlbash, étroitement liée au territoire religieux et historique.

Il est vrai que plus tard, les ethnographes, historiens et géographes occidentaux comme arméniens classèrent presque unanimement cette population comme « Kurde ». Le géographe allemand Kiepert sur une carte de 1955 les présente comme des « Kurdes indépendants de Duzhik ». En 1860, Alexander Jaba, le consul russe à Karin (Erzrum), les décrivit comme « la tribu kurde de Duzhik ».

  Ce dernier explique que les Turcs les appellent « Duzhik » ou « Ekrat » (kurde), mais « les vrais Kurdes les appellent « Kizlbash ». Les archives ottomanes de l’époque mentionnent également des « Ekrads » (Kurdes) ou tribus kurdes nomades (« Yörük Ekrad Tayfesi »). Cependant, à une époque où la question nationale kurde n’existait pas encore, et où la structure principale était ashiret et clanique, je pense que ces noms « kurdes » doivent être rattachés d’abord à leurs activités nomades et pastorales, plutôt qu’à leur appartenance ethnique et composition. C’est d’ailleurs ce qu’a dit Garnik Asatryan lorsqu’il a donné la définition du mot kurde au fil des siècles. « Kurtan et Martohm-i Kurtan » des textes iraniens des 6ème et 7ème siècles, signifiant un groupe nomade de bergers sous tente et de troupeaux. « Kurde et Akrad » trouvés dans les textes arabo-persans du VIIIe au XIIe siècle signifient nomade, bandit, berger.

Dans un ouvrage publié à Paris en 1913, une nette distinction est faite entre « Kurdes sédentaires », « Kurdes nomades », « Kizlbash » et « Zaza ».

Le concept d’identité chez les Alévis du Dersim est quelque peu lié à la structure ashiret et religieuse. Comme nous l’avons mentionné dans l’article précédent, « les habitants du Dersim étaient connus les uns des autres par leurs noms ashiret (clan-tribaux) ». L’appartenance à un clan ou à une structure clanique était extrêmement importante, d’autant plus qu’elle représentait en même temps la valeur de l’autonomie.

Ce n’est pas pour rien qu’on dit au Dersim que chacun est son agha (seigneur au sens féodal). C’est de là que découlent les fréquents conflits territoriaux et de propriété entre les Ashirets du Dersim. Mais l’identité ne doit pas être réduite à la seule affiliation tribale.

Les Arévis-Alévis de Dersim, leurs ashirets dans la lignée de leurs prêtres, ont été choisis en fonction de leur sagesse spirituelle et de leurs capacités surnaturelles (keramet). Ces lignées patrilinéaires, appelées ojakhs, et la loyauté des ashirets envers leurs dirigeants religieux sont aussi importantes que l’affiliation tribale. Il n’est pas rare que les gens de Dersim aient une confusion d’identité entre le nom de la tribu et le nom du Foyer auquel il appartient. Parfois même une double identité se forme autour d’un même nom : la tribu des Kuresan et le Kuresan Hearth. L’aspect religieux est important lorsque l’on considère la stratification sociale de la tribu. Les membres de la tribu qui descendent de la lignée patriarcale sont appelés Ras, ceux qui ne le sont pas s’appellent Ram, et la catégorie intermédiaire, lorsque la mère est issue de la lignée patriarcale et que le père ne l’est pas, Tikme. Si le père est Ras et la mère est Ram, les enfants sont considérés comme Ras ;

Si l’on s’attarde sur l’aspect religieux de l’identité, ce que j’appelle la fidélité aux Cœurs, la circonstance linguistique mise en avant par les auteurs arméniens du XIXe siècle ne résiste plus à la critique. En effet, les trois plus grands clans de prêtres Dersim Alevi sont porteurs de langues différentes. Les Kuresans parlent Zazai, les Kamasurans parlent kurde. montagnes plates en turc. Cela peut expliquer le fait que certaines tribus soient bilingues, comme le note le chercheur Ali Kaya, qui recense 126 Achirets, dont 80 ne sont que des locuteurs de zazaï, 23 uniquement des locuteurs kurdes, 22 locuteurs de zazaï et de kurde, et 1- uniquement en turc. (8) Par conséquent, les conclusions hâtives selon lesquelles seuls les Dersim Alevis qui parlent la langue Zazai sont des Zazas ethniques sont très simplistes et partiellement fausses. Ce serait tout autant du sectarisme si l’on ne définissait être arménien que par parler arménien et appartenir à l’église apostolique.

La découverte d’aujourd’hui des Hays du Dersim est la richesse de la métisation culturelle du Dersim. Depuis plusieurs générations, ils vivent avec la foi alévie, parlant parfois l’arménien, et le plus souvent un mélange de zazaï et d’arménien. Dans le même temps, les Alévis du Dersim peuvent se sentir connectés à une identité arménienne, zaza ou autre tout en gardant foi en l’Être Humain. Parce qu' »ils regardent les 72 tribus avec le même œil ». L’Union des Hays du Dersim a choisi une voie différente, qui inclut le changement de nom (l’acquisition d’un nouveau nom arménien). C’est un choix que chacun a le droit de faire.

À suivre…

Journaliste-analyste de Western Armenia TV, Ashkhen Virabyan