L’Identité arménienne : Les Arméniens arabisés (deuxième partie)

  • by Western Armenia, avril 05, 2023 in Société
130 vues

Peu de gens savent que pendant les années de génocide en Arménie Occidentale, les Arméniens sont non seulement devenus turcs et kurdisés, mais aussi arabisés afin d’échapper au massacre et à l’exil. 

Pourquoi et comment les Arméniens d’Arménie occidentale se sont-ils arabisés, dans quelle mesure leur conscience arménienne et chrétienne est-elle préservée ou oubliée, quel type de relations entretiennent-ils avec les Arméniens turcisés et kurdisés ? 

Bien qu’il n’y ait pas de sources scientifiques ou littéraires sur les Arméniens arabisés, en 1915 et après cela, des études ont été menées auprès de la génération actuelle d’Arméniens arabisés afin de découvrir un certain nombre de faits intéressants et jusqu’ici inconnus, qui sont liés à l’histoire des Arméniens qui ont continué leur vie à travers l’islamisation en Arménie Occidentale occupée, en 1915, puis survivants.

Lorsqu’on parle des circonstances de l’arabisation des Arméniens, on peut distinguer deux manières principales par lesquelles des milliers d’Arméniens sont devenus arabes.

D’abord, par des familles arabes locales en 1915. Les orphelins arméniens placés sous protection et adoptés individuellement, grandissant en tant qu’arabes musulmans dans ces familles, sont devenus une partie de la population arabe locale.

Deuxièmement, en 1915 et avant cela, les Arméniens avaient des contacts étroits avec les Arabes. Pendant le génocide, en entrant dans les tribus arabes et en se présentant comme musulmans, ces Arméniens ont réussi à sauver leur vie et à ne pas être déplacés de leurs territoires d’origine.

Les Arméniens arabophones occupent principalement les régions de l’est et du sud-est de l’Arménie Occidentale, les villages de Khut, Motkan, Khabljoz-Hazzo et Psank. Au lieu de cela, par exemple, les régions du nord et de l’ouest de Sassoun sont entièrement kurdes.

  Afin de révéler le « secret » des Arméniens arabophones du Sassoun, il est très important de se familiariser avec un certain nombre de détails de l’histoire post-génocide de la province de Sassoun, car il ne s’agit pas seulement de « l’arabisation » des Arméniens, mais aussi toute la province. En d’autres termes, comment Sassoun, de langue kurde et arménienne, est soudainement devenu arabophone.

Oui, pendant le génocide, des centaines d’orphelins arméniens ont été hébergés par des tribus kurdes arabes ou arabophones, mais « l’arabisation » des Arméniens du Sassoun, y compris la conversion et l’emprunt de langues, n’a pris fin qu’en 1915, et ce n’était que la première étape.

Il s’agit d’un processus lié par une série d’événements successifs, qui commence avec les massacres d’Abdulhamid II de 1894-1986 au Sassoun, se poursuit avec le génocide des Arméniens et l’exil de 1938, et atteint sa fin logique avec l’urbanisation qui a commencé après les années 1950 comme résultat des pressions accrues contre les Arméniens.

 Tout d’abord, nous devons noter que les événements de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle ont fait que les deux éléments ethniques musulmans du Sassoun, les Kurdes et les Arabes, ont commencé à se séparer clairement l’un de l’autre. En d’autres termes, les Arabes du Sassoun, dont on a peu entendu parler dans l’historiographie, ne sont pas seulement venus à Sassoun, mais ont juste commencé à « apparaître ».

Premièrement, les villages des Arabes étaient généralement séparés des Arméniens, contrairement aux Kurdes, qui s’installaient dans les villages arméniens et se heurtaient souvent aux Arméniens du Sassoun. Le fait que le pouvoir économique de la province était entre les mains des aghas kurdes et leur perception des impôts a également contribué au fait que les relations arméno-kurdes et arméno-arabes n’étaient pas du tout les mêmes. Ainsi, lors du génocide contre les Arméniens, l’attitude légèrement différente des Arabes a non seulement contribué à la mise à l’abri de nombreux orphelins juste à côté d’eux, mais a également provoqué la nette séparation des Kurdes et des Arabes. De plus, après l’émigration massive des Arméniens, les caractéristiques des deux groupes musulmans se sont aussi inévitablement accentuées. Après tout, avant cela, il n’y avait que des musulmans et des non-musulmans au Sassoun, et maintenant il y a une majorité musulmane, qui à son tour se composait de deux groupes qui n’étaient pas si similaires l’un à l’autre.

 L’exil de 1938, qui a finalement enlevé tous les avantages économiques aux Kurdes, est l’une des étapes clés de « l’arabisation » de Sassoun. Il est vrai que de nombreuses tribus exilées sont revenues amnistiées, mais rien n’était plus pareil. Il est vrai que la rébellion de Sassoun de 1925-37 avait un caractère plus social et que des Arabes et des Arméniens y participèrent également, mais les aghas kurdes, qui possédaient auparavant plus de terres, les perdirent et durent subir une expropriation égale. 

À cause de cela, ils avaient plus à perdre et étaient davantage persécutés. Cela a conduit à une situation où, après le génocide des Arméniens du Sassoon et l’exil de 1938, l’identité « la plus bénéfique » et intermédiaire est devenue l’identité arabe.

 Aujourd’hui, l’arabe est parlé au Sassoun non seulement par les Arabes locaux et les Arméniens « arabisés », mais aussi par les tribus kurdes qui se sont exilées en 1938.

Ashken Virabian

Journaliste-analyste de Western Armenia TV