L’identité arménienne : Les Loms (Troisième partie)

  • by Western Armenia, avril 03, 2023 in Société
226 vues

Les occupations actuelles et la condition matérielle des Boshas-Loms en Arménie Occidentale

Comme on le sait, dans le passé, la principale occupation des hommes de Bosha était le tamisage. Les femmes Bosha ont joué un rôle actif dans le soutien financier de la famille. elles avaient l’habitude de faire du porte-à-porte pour vendre des tamis et d’autres petits objets fabriqués par leurs maris ou simplement demander n’importe quoi aux propriétaires. Et quelles sont les professions des Boshas d’aujourd’hui en Arménie Occidentale ?

L’un des fondateurs de l’organisation Lom-Der a déclaré dans son microblog que les Boshas vivant sur le territoire de la province d’Ardvin sont principalement impliqués dans les organismes d’infrastructure, travaillent dans les usines de thé, ainsi que dans le secteur privé. Il y a des policiers, des enseignants et des cordonniers de profession. Il y a un nombre particulièrement important d’enseignants ici, par exemple, plus de 40 enseignants Boshas travaillent dans la seule province d’Ardanudch. Mais même ainsi, selon lui, lors de l’embauche dans les secteurs public et privé du gouvernement turc, s’il existe une alternative, la préférence ne sera pas donnée aux Loms, mais aux personnes appartenant à d’autres groupes ethniques, quelles que soient leurs capacités professionnelles. Selon Husein Gezer, l’auteur de poèmes sur le Bosha, les femmes de Bosha préfèrent actuellement comme profession enseignante, infirmière, femme de ménage et voire d’autres professions.

La plupart des Loms d’Ardvin travaillent dans les municipalités, où ils sont principalement engagés dans des travaux pénibles, y compris le nettoyage, les travaux de salle de bain, car les Lazes et les Hamshenzis considèrent ces emplois comme inférieurs à leur honneur.

Delil Eremji, un retraité de la province de Shavshat, a déclaré à Meline Anumyan, candidate aux sciences historiques en 2016, que la condition matérielle des Boshas en Arménie Occidentale occupée n’est pas bonne. Selon lui, on peut dire qu’ils sont à la 5e place de la région d’Ardvin à cet égard.

Rahmi Durmush, 62 ans, du district de Shavshat et du clan Shahbaz, a mentionné dans la conversation que jusqu’aux années du règne d’Ismet Inonyu (1938-1950), aucune terre n’avait été donnée aux Boshas en Arménie Occidentale occupée. Selon lui, bien que certaines terres leur aient été cédées sous le règne du deuxième président turc, les Lome ne possédaient pas ces terres par peur. Il a également souligné que seuls 2% des 1.500 Boshas vivant à Ardashen ont des terres ici, et que les autres vivent dans des appartements loués. 

Rahmi Durmush a souligné que dans son lieu de résidence actuel, Ardashen, ils ne fournissent même pas une zone spéciale pour que les Boshas construisent leurs propres cimetières. Les chefs de district de nombreuses colonies de la région de la mer Noire sont également opposés à la question de leur fournir un espace pour les cimetières. Les municipalités ne leur permettent d’enterrer leurs morts qu’à Shavshat et Ardanudch. Cela a également été confirmé par Kemal Karatash, un Bosha de 42 ans vivant à Khopa, la municipalité d’Ardashen n’autorise pas les Lomers à enterrer leurs morts même enregistrés ici à Ardashen et dans de tels cas oblige les proches du défunt à effectuer l’inhumation à Shavshat ou Ardanudch.

À suivre…

Ashkhen Virabyan, journaliste-analyste de Western Armenia TV