L’initiative du Syndicat des Journalistes 

  • by Western Armenia, janvier 25, 2024 in Société
37 vues

Depuis 8 ans, l'Union des journalistes turcs a pour tradition de commémorer les journalistes tués dans leur pays le 23 janvier, au lendemain de l'anniversaire de Hrant Dink et à la veille de celui d'Ughur Mumcu. Cette année, cette tradition s'est poursuivie au centre de l'Union. Après le discours d'ouverture du président du syndicat, Vahab Mumyar, sous la direction de la secrétaire générale Sibel Atesh, Zeyneb Oral, le président de l'Union des écrivains « PEN » de Turquie, Kamil Tekinsurek, le chef de l'Union des écrivains de Turquie, et Bagrat Estukyan, rédacteur en chef de "Agos" en arménien, ont prononcé un discours.

Dans son discours, Munyar, outre Hrant Dink et Ughur Mumcu, a également fait référence à un autre journaliste, Metin Köktepei, décédé en janvier.

Bien entendu, les journalistes ont également cité ces noms contre les journalistes pour les crimes généralisés dans le pays, causés par le manque de liberté d'expression. Il a également été fait référence aux principaux changements survenus dans la presse au cours des dernières décennies. On sait que la presse se transforme en média à cause de la pénétration de certaines entreprises, perdant ainsi les vertus morales exigées par le journalisme.

Faisant référence au titre "La presse turque est la voix unifiée de la nation" inscrit sur le mur de la salle, attribué au président fondateur du pays, Estukyan a montré que l'attitude a beaucoup changé et qu'il faut lire ce titre comme "La presse turque est la voix unifiée du gouvernement".

Après les trois rapports, les participants ont eu l'occasion de prendre des photos et de discuter individuellement des thèses en question.