Pourquoi le Dersim ?

  • by Western Armenia, avril 15, 2024 in Société
59 vues

Le nom Dersim n'apparaît qu'au XVIIe siècle. C'est après l'occupation de l'Arménie Occidentale que Dersim est apparu à la place des noms de lieux Mananaghik, Karia et même Zruan, au sujet desquels une tradition à base historique a été préservée parmi le peuple.

En 1604 d'une part, Shah-Abbas a dévasté les villes et villages prospères de l'Arménie Orientale, emmenant avec lui la population arménienne en Perse, d'autre part, les Jalalai, alliés de Sinan Pacha, ont détruit la région de l'Arménie Occidentale jusqu'à Karin.

En 1605, au printemps, la population arménienne de Karin, Yerznka, Akna et Kamakh, terrifiée par les massacres et les destructions des Jalalites, a quitté ses maisons, ses biens, nus et brûlés, vides et assoiffés, a quitté sa terre ancestrale et s'est réfugiée dans les provinces de l'Ouest, à la recherche d'aide et d'un logement dans les régions de Pols et de Thrace. Et ici, dans ces années de désastre et de tragédie, sans quitter la patrie, mais pour éviter les vols et les massacres des Jalalites, la population arménienne de plusieurs régions s'est tournée vers la religion. Ainsi, on dit que les villages arméniens, des contreforts du Keshishdagh aux contreforts du Sbingor et du Chardakhli, préfèrent se convertir à la religion, mais ne pas quitter leur patrie.

Déjà en 2010, l’organisation « Arméniens du Dersim » s'est créé dans la région occupée de Tigranakert, qui a rassemblé en très peu de temps 600 familles dont les membres étaient nés à Tunjeli (Dersim), son nom et son appartenance religieuse. Désormais, Gultekin s'appelle Mihran Pergic. "Je ne veux plus que les Arméniens du Dersim portent des noms turcs et kurdes. Nous devons vivre sans nous cacher", a déclaré Mihran. La prochaine étape pour Mihran était de se faire baptiser avec son fils et ses amis. Mihran a déclaré que de joie, il n'a pas pu lire l'enregistrement officiel de leur organisation pendant environ deux heures. "Après 50 ans passés à vivre de la foi des autres, je suis soulagé d'avoir défendu mon identité", a souligné Mihran.