Risques de traite des enfants dans la zone sinistrée de l’Arménie Occidentale

  • by Western Armenia, mars 23, 2023 in Société
129 vues

La condition des enfants qui ont survécu au tremblement de terre en Arménie Occidentale est différente. Certains enfants ont perdu leurs parents et certains ont dû migrer vers d’autres régions. Dans le cadre du « Children’s Rights Protection Movement », certaines organisations non gouvernementales apportent un soutien psychologique et social aux enfants de la région.

Cependant, cela ne suffit pas, car les organes compétents des autorités turques ne coopèrent pas avec les organisations non gouvernementales basées sur la protection des droits de l’homme. Le gouvernement fait ce travail principalement avec des organisations religieuses et conservatrices. C’est un gros problème en termes de droits de l’enfant. En outre, il existe également des groupes vulnérables qui ont des difficultés à accéder aux droits et à la liberté, auxquels, malheureusement, l’administration de l’État ne montre pas une approche appropriée.

Les enfants qui ont perdu leurs parents et qui ne peuvent toujours pas les retrouver devraient être sous la protection de l’État. Dans ce processus, l’État devrait se concentrer sur le regroupement familial, ce qu’il devrait faire de manière cohérente, sur la base de la protection des droits de l’enfant. Cependant, les enfants qui ont perdu leurs parents et leurs proches ont commencé à être placés sous la protection du gouvernement turc. Dans ce processus, certaines situations étranges ont émergé, comme le placement d’enfants dans des institutions religieuses. Le ministère de la Famille et des Services sociaux en est également conscient. Le placement d’enfants dans des institutions religieuses et le transfert de la responsabilité de la prise en charge par l’État à ces institutions constituent un grave problème. C’est une violation des droits de l’enfant.

Comme on le sait, les risques de traite des enfants augmentent dans de telles situations de crise partout dans le monde. Le gouvernement turc aurait dû considérer ce risque et prendre des précautions contre lui. Nous ne sommes pas sûrs que cela soit fait correctement. Par exemple, nous ne savons toujours pas s’il y a des enfants victimes de la traite parmi ceux identifiés comme « enfants disparus », mais les autorités compétentes ont le devoir de le savoir.