Sur la question des Arméniens d’Arménie Occidentale

  • by Western Armenia, novembre 29, 2023 in Histoire
46 vues

Les dirigeants bolcheviques attachaient une grande importance aux peuples musulmans de l'Est sur la voie de la réalisation de la révolution mondiale, en premier lieu aux Turcs.

En 1917, la dernière armée turque combattait contre la Grande-Bretagne en Mésopotamie, et malgré les succès des Britanniques, pour les bolcheviks, les Turcs étaient des avant-gardes luttant contre l'impérialisme mondial. Les autorités turques comprenaient parfaitement le bénéfice qu'elles pouvaient tirer de l'attitude amicale des bolcheviks et étaient heureuses de coopérer avec eux.

Les bolcheviks ont ouvertement montré leur attitude positive envers les autorités turques avant même la révolution. Au cours de l'été 1917, lorsque l'autonomie jusqu’à l’indépendance de l'Arménie Occidentale a été établie par décision du gouvernement provisoire de Russie et que des dizaines de milliers d'immigrés arméniens sont retournés dans leurs foyers d'origine, Lénine a eu une évaluation très négative des actions du gouvernement de Kerensky.

"Nous sommes obligés de satisfaire immédiatement les Ukrainiens et les Finlandais, de leur accorder, ainsi qu'à toutes les tribus étrangères de Russie, une liberté totale, jusqu'au droit de faire sécession. Nous devons faire de même pour l'ensemble de l'Arménie, nous sommes obligés de retirer les troupes d'Arménie et des terres turques occupées", a écrit et précisé Lénine. - "Si les Conseils obtiennent le pouvoir demain, nous dirons : retirez les troupes d'Arménie, sinon ce sera une tromperie." À cette époque, tant les forces sociales et politiques arméniennes que même l’élite du gouvernement russe comprenaient parfaitement que le retrait de l’armée russe d’Arménie Occidentale signifierait un nouveau génocide ou une déportation du peuple arménien.

Simon Vratsyan a noté que les bolcheviks, en particulier Lénine, attachaient une grande importance à la participation des peuples orientaux à la lutte de la révolution mondiale, de plus, les musulmans auraient dû jouer un rôle décisif dans cette lutte.

En décembre 1917, se tournant vers les Tatars de la Proche Volga, de Crimée, de Transcaucasie, des Kirghizes et des Sarts de Sibérie et du Turkestan (c'est ainsi qu'ils appelaient les Ouzbeks et les Tadjiks des plaines avant 1917), les Tchétchènes et les montagnards du Caucase, les bolcheviks leur firent croirent qu'ils pourront désormais pratiquer librement leur religion et organiser une vie nationale.

Peu de temps après avoir pris le pouvoir, les bolcheviks ont publié les accords secrets de la Russie tsariste, parmi lesquels l'accord Sykes-Picot, par lequel les États de l'Entente diviseraient l'Empire ottoman après la guerre. Lénine a promis aux Turcs que le gouvernement bolchevique renoncerait à toutes les exigences du gouvernement précédent.

"Nous rapportons que les contrats secrets du tsar déchu pour s'emparer de K. Polis, certifiés par Kerensky déchu, sont actuellement déchirés et détruits. La République russe et le Conseil des commissaires du peuple s'opposent à l'usurpation des terres d'autrui. K. Polis doit rester entre les mains des musulmans.

Nous rapportons que l'accord visant à diviser la Perse a été déchiré et détruit. Dès la fin des hostilités, les troupes seront retirées de Perse et les Perses se verront garantir le droit de gérer librement leur situation.

Nous vous informons que l'accord visant à diviser la Turquie et à "en retirer" l'Arménie a été détruit et déchiré. Dès la fin des hostilités, les Arméniens se verront garantir le droit d'exercer librement leur liberté politique.

Alors renversez ces usurpateurs et esclavagistes de vos pays.

Amis, frères, sur nos bannières nous portons la libération des peuples opprimés du monde.

Musulmans de Russie, musulmans d’Orient, nous attendons votre sympathie et votre soutien sur ce chemin de renaissance du monde.

Commissaire du peuple aux Affaires nationales : Djoughachvili (Staline)

Président du Conseil des Commissaires du Peuple : V. Oulianov (Lénine)

À suivre...